Navigate to...
  • Industries
  • Insights
  • Products & Services
  • About Dassault Systèmes
  • Support
  • Training
  • Education
  • Partners
 

Dassault Systèmes, the 3D EXPERIENCE Company, provides business and people with virtual universes to imagine sustainable innovations. Its world-leading solutions transform the way products are designed, produced, and supported.


Data Provided by Refinitiv. Minimum 15 minutes delayed.

Dassault Systèmes : 2020 Half-Year Financial Report

July 24, 2020 at 10:45 AM EDT

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

30 JUIN 2020

Société européenne au capital de 132 127 159,50 euros

Siège social : 10, rue Marcel Dassault – 78140 Vélizy-Villacoublay

322 306 440 RCS Versailles

 

Sommaire

1 PERSONNE RESPONSABLE
1.1     Responsable du Rapport Financier Semestriel
1.2     Attestation du Responsable du Rapport Financier Semestriel
2 RAPPORT SEMESTRIEL D’ACTIVITE
2.1     Profil de Dassault Systèmes, the 3DEXPERIENCE Company
2.2     Facteurs de risques
2.3     Examen de la situation financière, du résultat et des tendances
2.3.1      Résumé du premier semestre 2020
2.3.2      Données financières complémentaires non-IFRS
2.4     Examen de la situation financière et du résultat des opérations au 30 juin 2020
2.4.1      Chiffre d’affaires
2.4.2      Charges opérationnelles
2.4.3      Résultat opérationnel
2.4.4      Produits (charges) financiers, nets
2.4.5      Impôt sur les sociétés
2.4.6      Résultat net et résultat net dilué par action
2.4.7      Variabilité des résultats trimestriels
2.4.8      Flux de trésorerie
2.5     Parties liées
2.6     Evénements importants survenus au cours du premier semestre 2020
2.7     Cadre financier et perspectives 2020
3 COMPTES CONSOLIDES RESUMES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2020
Comptes de résultat consolidés
États du résultat global
Bilans consolidés
Tableaux des flux de trésorerie consolidés
Tableaux de variations des capitaux propres consolidés
Note 1        Description des activités du Groupe
Note 2        Résumé des principales méthodes comptables
Note 3        Effet de la saisonnalité
Note 4        Données financières analysées par secteur opérationnel
Note 5        Chiffre d’affaires logiciel
Note 6        Subventions publiques
Note 7        Rémunération fondée sur des actions
Note 8        Autres produits et charges opérationnels, nets
Note 9        Produits et charges d’intérêts, nets et autres produits et charges financiers, nets
Note 10      Clients et comptes rattachés, nets
Note 11      Immobilisations incorporelles et goodwill
Note 12      Emprunts
Note 13      Instruments dérivés et gestion des risques de change et de taux d’intérêts
Note 14      Capitaux propres
Note 15      Tableaux des flux de trésorerie consolidés
Note 16      Engagements et passifs éventuels
4 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L’INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE 2020

1 PERSONNE RESPONSABLE

1.1 Responsable du Rapport Financier Semestriel

Bernard Charlès, Vice-président du Conseil d’administration et Directeur Général.

1.2 Attestation du Responsable du Rapport Financier Semestriel

Vélizy‑Villacoublay, le 24 Juillet 2020

J’atteste, qu’à ma connaissance, les comptes consolidés résumés pour le premier semestre 2020 sont établis conformément aux normes comptables applicables et donnent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de la Société et de l’ensemble des entreprises comprises dans le périmètre de consolidation, et que le Rapport Semestriel d’activité présente un tableau fidèle des évènements importants survenus pendant les six premiers mois de l’exercice et de leur incidence sur les comptes semestriels, des principales transactions entre parties liées ainsi qu’une description des principaux risques et des principales incertitudes pour les six mois restants de l’exercice. 

Bernard Charlès

Vice-président du Conseil d’administration et Directeur Général

2 RAPPORT SEMESTRIEL D’ACTIVITE

Dans le présent Rapport Semestriel d’activité, les mentions « Dassault Systèmes », « l’Entreprise » et « le Groupe » doivent être comprises comme des références à Dassault Systèmes SE et à l’ensemble des entreprises comprises dans le périmètre de consolidation. « Dassault Systèmes SE » ne vise que la société européenne de droit français tête de groupe.

2.1 Profil de Dassault Systèmes, the 3DEXPERIENCE Company

Dassault Systèmes, la « 3DEXPERIENCE Company », est un leader mondial de l’innovation durable. Depuis 1981, les solutions logicielles de Dassault Systèmes transforment la conception, la simulation, la fabrication, la commercialisation et l’usage des produits, utilisant le monde virtuel pour améliorer le monde réel. Dassault Systèmes propose une plateforme d’expérience numérique qui permet à ses clients de créer des produits et services innovants, et de répondre aux enjeux majeurs du monde d’aujourd’hui : vie urbaine ; ressources et énergie durables ; alimentation et santé personnalisée ; approvisionnement et production ; éducation et recherche pour le progrès.

Dassault Systèmes est une entreprise scientifique, portée par la volonté d’innover, animée par un état d’esprit entrepreneurial et orientée sur le long terme. Les 20 000 collaborateurs du Groupe partagent cette ambition, qui est aussi à l’origine de la confiance que nous témoignent toujours nos 270 000 clients dans plus de 140 pays. Nous sommes une entreprise européenne au rayonnement mondial.

2.2 Facteurs de risques

Les principaux risques et incertitudes auxquels le Groupe pourrait être confronté durant les six mois restants de l’exercice 2020 sont présentés au paragraphe 1.7 « Facteurs de risques » du Document d’enregistrement universel pour 2019, déposé auprès de l’Autorité des marchés financiers le 19 mars 2020 (le Document d’enregistrement universel) et également disponible sur notre site internet www.3ds.com, étant précisé que certaines informations afférentes aux risques de change et de taux d’intérêt figurant dans ledit Document d’enregistrement universel sont mises à jour dans la Note 13 aux Comptes consolidés résumés semestriels au 30 juin 2020 figurant au chapitre 3 du présent Rapport Semestriel.

2.3 Examen de la situation financière, du résultat et des tendances

Le résumé du résultat des opérations au paragraphe 2.3.1 « Résumé du premier semestre 2020 » présente certains éléments de notre activité du premier semestre. Ce résumé, les définitions des indicateurs clés utilisés, l’information financière complémentaire non-IFRS, et le paragraphe 2.4 « Examen de la situation financière et du résultat des opérations au 30 juin 2020 » doivent être lus conjointement avec les Comptes consolidés résumés semestriels au 30 juin 2020 de Dassault Systèmes et leurs annexes présentés au chapitre 3 du présent Rapport Semestriel.

 

2.3.1   Résumé du premier semestre 2020

(En millions d'euros,
à l'exception des pourcentages et des données par action)
 IFRS  Non-IFRS
 6M 20206M 2019VariationVariation à taux de change constants 6M 20206M 2019VariationVariation à taux de change constants
Chiffre d'affaires 2 203,31 920,315 %14 % 2 215,01 929,415 %14 %
  Chiffre d'affaires logiciel 1 973,01 702,716 %15 % 1 983,51 710,516 %15 %
  Prestations de services 230,4217,66 %5 % 231,5218,96 %5 %
Marge opérationnelle 11,9%20,7%(8,8) pts  28,0 %31,8 %(3,7) pts 
BNPA dilué 0,74 €1,13 €(34 %)  1,76 €1,69 €4 %2 %

 

Chiffre d'affaires logiciel (en millions d'euros) IFRS  Non-IFRS
 6M 20206M 2019VariationVariation à taux de change constants 6M 20206M 2019VariationVariation à taux de change constants
Amériques 758,2514,347 %44 % 768,1520,648 %44 %
Europe 709,8712,40 %0 % 710,1714,0(1 %)(1 %)
Asie 505,0476,06 %5 % 505,3476,06 %5 %

Revue de l’activité

Direction stratégique - Etendre nos ambitions

En février 2020, nous avons dévoilé notre orientation stratégique pour les décennies à venir, en étendant notre ambition des objets à la vie, car nous sommes convaincus qu’il nous est possible d’appliquer les connaissances et savoir-faire acquis dans le monde de l’inorganique au monde du vivant. Nous avons des raisons de croire que nous pourrons un jour aider nos clients à créer une expérience complète de jumeaux virtuels d’êtres humains, tout comme nous l’avons fait pour les avions, les voitures ou les bâtiments. Cela ouvre de nouvelles perspectives pour le secteur de la Santé, en transformant la manière dont les gens sont soignés et en les aidant à vivre une meilleure vie. Pour soutenir cette ambition pour les décennies à venir, nous nous concentrerons sur le développement de notre leadership dans les Sciences de la Vie et la Santé, en poursuivant nos investissements dans le secteur des industries manufacturières et notre développement dans le secteur prometteur des Infrastructures et Villes.

Nouvelle présentation du chiffre d’affaires par lignes de produits

Nous avons introduit une nouvelle présentation du chiffre d’affaires des lignes de produits en cohérence avec nos nouvelles ambitions ainsi que pour refléter l’intégration de Medidata Solutions Inc. acquise en octobre 2019. Ce nouveau reporting comprend ainsi les chiffres d’affaires des logiciels d’Innovation industrielle, des logiciels des Sciences de la vie, et des logiciels d’Innovation pour les Petites et Moyennes Entreprises (« PME »).

Nos trois lignes de produits regroupent l’ensemble de nos marques de la façon suivante :

  • le chiffre d'affaires des logiciels d'Innovation industrielle comprend nos marques CATIA, ENOVIA, SIMULIA, DELMIA, GEOVIA, NETVIBES/EXALEAD et 3DEXCITE. Pour le 1er semestre 2020, le chiffre d’affaires des logiciels d’Innovation industrielle s’établit à 1,15 milliard d’euros et représente 58 % du chiffre d’affaires logiciel IFRS,
  • le chiffre d’affaires des logiciels des Sciences de la vie comprend nos marques MEDIDATA et BIOVIA. Sous cette nouvelle présentation, ENOVIA Life Sciences Compliance and Quality Management est inclus dans le chiffre d’affaires des logiciels des Sciences de la vie. Pour le 1er semestre 2020, le chiffre d’affaires des logiciels des Sciences de la vie s’établit à 379,4 millions d’euros et représente 19 % du chiffre d’affaires logiciel IFRS,
  • le chiffre d’affaires des logiciels d’Innovation pour PME comprend notre marque SOLIDWORKS ainsi que CENTRIC PLM, 3DVIA et notre nouvelle famille de logiciels 3DEXPERIENCE.WORKS. Pour le 1er semestre 2020, le chiffre d’affaires des logiciels d’Innovation pour PME s’établit à 443,5 millions d’euros et représente 23 % du chiffre d’affaires logiciel IFRS.

Nouveaux secteurs

En complément de notre nouvelle présentation du chiffre d’affaires des lignes de produits, nous avons fait évoluer, en 2020, le regroupement de nos industries afin de refléter notre intérêt accru sur trois grands segments de PIB mondial.

Dassault Systèmes développe des « Solution Experiences », des offres sectorielles qui apportent une valeur spécifique aux entreprises et aux utilisateurs d'un secteur particulier. Nous servons onze industries structurées en trois secteurs : Industries Manufacturières (Transport et Mobilité ; Aéronautique et Défense ; Marine et Offshore ; Equipements Industriels ; Haute Technologie ; Maison et Mode ; Produits de grande consommation et distribution ; et une partie des Services aux entreprises) ; Sciences de la Vie et Santé (Sciences de la vie) ; et Infrastructures et villes (Energie et Matériaux ; Construction, Villes et Territoires ; Services aux entreprises).

Pandémie mondiale de Covid-19 et cadre financier pour 2020

La pandémie mondiale qui a vu le jour au cours du premier trimestre 2020 a mis en évidence les capacités de notre plateforme 3DEXPERIENCE à conduire notre activité quel que soit l’endroit et à nous engager de façon digitale avec nos clients et nos partenaires. Même si notre activité n’est pas épargnée, notre modèle et nos atouts financiers nous permettent de poursuivre nos investissements dans nos priorités stratégiques avec des investissements importants dans les Sciences de la vie et Santé et dans les Infrastructures et villes, et de soutenir le secteur des Industries manufacturières.

En avril, nous avons fixé un cadre financier pour 2020 avec pour objectif de maintenir une stabilité de notre résultat net par action dilué non-IFRS par rapport à 2019 grâce à trois facteurs principaux : la résilience de notre chiffre d’affaires récurrent, le maintien d’un niveau élevé de résultat opérationnel ainsi que la mise en œuvre réfléchie d’un plan d’économies ciblé nous permettant d’investir pour le futur.

  • Nous estimons qu’il y aura une forte réduction du PIB mondial pour l’ensemble de l’année 2020, avec des restrictions impactant de nombreux secteurs d’activité dans lesquels nous intervenons, avec un impact particulièrement important au 2ème trimestre 2020, en cohérence avec les estimations de la plupart des économistes. Notre cadre financier repose sur un rebond progressif aux 3ème et 4ème trimestres 2020, grâce aux plans de soutien mis en place par les gouvernements,
  • Nous prévoyons que le chiffre d’affaires récurrent non-IFRS maintiendra globalement une forte résilience en 2020, tout en reflétant une baisse de l'activité des nouvelles licences et un certain accroissement de l’attrition à mesure que l’année 2020 avance ;
  • Concernant les perspectives de marge opérationnelle, notre objectif est de compenser pour moitié la perte de chiffre d’affaires non-IFRS liée à la crise sanitaire de la Covid-19 par rapport à nos objectifs financiers initiaux annoncés en février. Cet objectif, couplé avec nos autres hypothèses nous permettrait ainsi de maintenir le niveau de notre résultat dilué par action. L’objectif de notre plan d’économies porte sur 170 millions d’euros que nous pensons réaliser pour moitié grâce à des recrutements ciblés, comme c’est le cas en particulier en matière de recherche et de développement, et pour l’autre moitié par des dépenses discrétionnaires. Au 30 juin 2020, nous avons réalisé la moitié des économies envisagées, en ligne avec notre objectif.
  • Notre cadre financier repose également sur la poursuite de nos investissements pour le futur et pour la recherche et le développement.

Le 23 juillet, nous avons réactualisé le cadre financier et l’objectif de croissance en 2020 du BNPA dilué non-IFRS a été porté à une fourchette comprise entre 1 % et 3 %.

Pour plus d’information, voir le paragraphe 2.7 « Cadre financier et perspectives 2020 ».

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires IFRS a augmenté de 15 % et de 14 % à taux de change constants. Le chiffre d’affaires logiciel IFRS a progressé de 16 % et de 15 % à taux de change constants : cette évolution reflète l’augmentation du chiffre d’affaires récurrent IFRS de 30 % à taux de change constants grâce à l’acquisition de Medidata et à une croissance organique de 5 % à taux de change constants et malgré une diminution du chiffre d’affaires de nouvelles licences et autres ventes de logiciels de 27 % à taux de change constants liée à l’érosion de la demande dans le contexte de crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Le chiffre d’affaires récurrent IFRS représente 83 % du chiffre d’affaires logiciel et s’élève, au 30 juin 2020, à 1,63 milliard d’euros.

 

Chiffre d’affaires par zone géographique

Dans la zone Amériques, le chiffre d’affaires logiciel IFRS a progressé de 47 % et de 44 % à taux de change constants, porté par l’acquisition de Medidata (dont une part importante du chiffre d’affaires logiciel est réalisée en Amérique du Nord) et par une augmentation du chiffre d’affaires dans le secteur Aéronautique et Défense. Dans la zone Asie, le chiffre d’affaires logiciel IFRS a progressé de 6% et de 5 % à taux de change constants, avec une croissance importante en Asie Pacifique Sud et une bonne résilience du Japon et de la Chine. En Europe, le chiffre d’affaires logiciel IFRS a été stable avec des performances similaires dans les principaux territoires géographiques. Le chiffre d’affaires non-IFRS récurrent a progressé sur l’ensemble des trois zones géographiques, conformément à nos objectifs. En IFRS, sur une base organique et à taux de change constants, le chiffre d’affaires logiciel a augmenté de 1% dans la zone Amériques, et a diminué de 3 % en Asie et de 7 % en Europe.

Chiffre d’affaires par secteur

Par secteur, à taux de change constants et en non-IFRS, bien que le chiffre d'affaires logiciel pour les Industries manufacturières diminue de 5% en raison de la baisse à deux chiffres dans le secteur Transports et Mobilité, les secteurs Aéronautique et Défense et Produits de grande Consommation et distribution sont tous deux en croissance au premier semestre 2020. Le chiffre d'affaires logiciel Sciences de la vie et Santé augmente significativement avec la contribution de Medidata et représente 21% du chiffre d'affaires logiciel non-IFRS au premier semestre 2020. Le chiffre d'affaires logiciel Infrastructures et Territoires progresse de 6% et représente 9% du chiffre d'affaires logiciel non-IFRS total.

Flux de trésorerie et autres chiffres clés du bilan du premier semestre 2020

Le flux net de trésorerie opérationnel s’élève à 855,0 millions d’euros au premier semestre 2020 contre 893,6 millions d’euros au premier semestre 2019. Au cours du premier semestre 2020, la trésorerie générée par les activités opérationnelles a été principalement utilisée pour le versement de dividendes d’un montant total de 182,5 millions d’euros, pour des acquisitions d’immobilisations d’un montant de 87,4 millions d’euros, nets, pour le rachat d’actions propres, lié au plan d’actions de performance à hauteur de 104,7 millions d’euros et pour le paiement de passifs de loyers d’un montant 47,4 millions d’euros. Nous avons reçu des liquidités à la suite de l’exercice des stock-options pour 47,3 millions d’euros.

Au 30 juin 2020, le montant du poste Passifs sur contrats – Produits constatés d’avance s’élève à 1,16 milliard d’euros, soit une croissance organique de 3 % à taux de change constants.

Notre position financière nette s’élève à (2,21) milliards d’euros au 30 juin 2020, contre (2,66) milliard d’euros au 31 décembre 2019. Cette dette financière nette comprend de la trésorerie, des équivalents de trésorerie et des placements à court terme pour un montant de 2,40 milliards d’euros et des dettes d’emprunts pour un montant de 4,60 milliards d’euros.

Pour en savoir plus sur nos perspectives 2020, voir le paragraphe 2.7 « Cadre financier et perspectives 2020 ». Pour plus d’informations sur les risques auxquels nous sommes exposés, voir le paragraphe 2.2 du présent Rapport Semestriel et le paragraphe 1.7.1 « Risques liés à l’activité » du Document d’enregistrement universel 2019 de Dassault Systèmes.

                         

Définitions des indicateurs clés utilisés

Données financières complémentaires non-IFRS

Dans le cadre de l’analyse du résultat des opérations, le Groupe prend en considération certaines données financières complémentaires non-IFRS : (i) les données non-IFRS liées au chiffre d’affaires excluent l’effet du traitement comptable des produits constatés d’avance liés aux acquisitions ; et celles relatives aux charges excluent (ii) l’amortissement des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels, (iii) les charges liées à l’attribution d’actions de performance et de stock-options et les charges sociales associées, (iv) l’effet du traitement comptable des avantages reçus des bailleurs liés aux acquisitions, (v) certains autres produits et charges opérationnels, nets, y compris les pertes de valeur de goodwill ou d’autres actifs incorporels acquis, (vi) certains effets financiers non récurrents, nets et (vii) certains effets fiscaux non récurrents et l’impact des ajustements susmentionnés sur l’impôt sur les bénéfices. Un rapprochement entre l’information financière complémentaire non-IFRS et les informations extraites des comptes consolidés du Groupe et de leurs annexes est présenté ci-dessous au paragraphe 2.3.2 « Données financières complémentaires non-IFRS ».

Notre Direction utilise les données financières complémentaires non-IFRS aux côtés des données financières IFRS dans le cadre de la planification et de l’analyse financière, de l’évaluation de sa performance opérationnelle, de l’analyse et de la valorisation des fusions et acquisitions, des prises de décisions opérationnelles et de la formulation des objectifs financiers pour les périodes futures. En particulier, la rémunération de nos principaux dirigeants est notamment assise sur la performance de notre activité mesurée en fonction des données financières complémentaires non-IFRS. Nous estimons que les données complémentaires non-IFRS fournissent également aux investisseurs et aux analystes financiers une information pertinente qu’ils utilisent pour comparer la performance opérationnelle du Groupe à ses performances historiques et aux autres sociétés de son secteur, ainsi que pour des besoins de valorisation.

 

Les données complémentaires présentées ci-après comportent des limites inhérentes à leur nature. Ces données ne sont fondées sur aucun ensemble de normes ou de principes comptables et ne doivent pas être considérées comme un substitut aux informations comptables en normes IFRS. Les données financières complémentaires non-IFRS ne doivent pas être lues indépendamment, mais toujours associées aux éléments de comptes consolidés préparés selon les normes IFRS. En outre, les données financières complémentaires non-IFRS de Dassault Systèmes peuvent ne pas être comparables à d’autres données également intitulées « non-IFRS » et utilisées par d’autres sociétés. Un certain nombre de limitations spécifiques relatives à ces mesures sont détaillées dans le dernier Document d’enregistrement universel du Groupe.

Information à taux de change constants

Dassault Systèmes a suivi de longue date une politique consistant à mesurer son chiffre d'affaires et à fixer ses objectifs de chiffre d'affaires à taux de change constants afin de permettre d’analyser de manière transparente l'amélioration sous-jacente de son chiffre d'affaires global et du chiffre d'affaires logiciel par type, secteur, zone géographique et ligne de produits. Le Groupe estime qu'il est utile d'évaluer la croissance sans tenir compte de l'incidence des taux de change, en particulier pour faciliter la compréhension de l’évolution du chiffre d'affaires de nos activités.

Par conséquent, Dassault Systèmes publie des taux de croissance du chiffre d'affaires et des charges opérationnelles en normes IFRS et non-IFRS et du BNPA non-IFRS retraités des effets de change, en particulier celle du dollar américain et du yen japonais par rapport à l'euro. Lorsque les informations qui concernent les tendances sont exprimées « à taux de change constants », les résultats de la période analogue de l’exercice en cours leurs sont alors comparés.

Bien que les calculs à taux de change constants ne soient pas une mesure conforme aux normes IFRS, Dassault Systèmes considère qu’ils sont essentiels à la compréhension de ses résultats et à la comparaison avec de nombreux concurrents qui présentent leurs résultats financiers en dollars américains. Par conséquent, la Société inclut ce calcul afin de permettre une comparaison des chiffres d'affaires IFRS et non-IFRS de périodes identiques. Toutes les informations à taux de change constants sont établies sur la base d’estimations. Sauf indication contraire, l'incidence des fluctuations des taux de change est à peu près équivalente pour les données financières du Groupe en normes IFRS et non-IFRS.

Information sur la croissance hors acquisitions (« croissance organique »)

Dassault Systèmes présente, outre des données financières générales, sa croissance hors acquisitions aussi qualifiée de croissance organique. Dans les deux cas, le taux de croissance hors acquisitions a été calculé en retraitant le périmètre d’activité comme suit : pour les entrées de périmètre de l’exercice en cours, en retranchant la contribution de l’acquisition des agrégats de l’année en cours et, pour les entrées de périmètre de l’exercice précédent, en retranchant la contribution de l’acquisition à partir du 1er janvier de l’année en cours jusqu’au dernier jour du mois de l’année en cours où a été réalisée l’acquisition lors de l’exercice précédent.

Informations sur les secteurs industriels

Dassault Systèmes développe des « Solution Experiences », des offres sectorielles qui apportent une valeur spécifique aux entreprises et aux utilisateurs d'un secteur particulier. Nous servons onze industries structurées en trois secteurs : Industries Manufacturières (Transport et Mobilité ; Aéronautique et Défense ; Marine et Offshore ; Equipements Industriels ; Haute Technologie ; Maison et Mode ; Produits de grande consommation et distribution ; et une partie des Services aux entreprises) ; Sciences de la Vie et Santé (Sciences de la vie) ; et Infrastructures et Villes (Energie et Matériaux ; Construction, Villes et Territoires ; Services aux entreprises).

Informations sur les lignes de produits

À partir du premier trimestre 2020 et comme nous l'avons déjà annoncé, nous introduisons une nouvelle présentation de nos lignes de produits afin de refléter nos plus larges ambitions. Notre nouvelle ligne de produits comprend l'information financière suivante : 1) le chiffre d'affaires des logiciels d'Innovation industrielle, qui comprend nos marques CATIA, ENOVIA, SIMULIA, DELMIA, GEOVIA, NETVIBES/EXALEAD et 3DEXCITE ; 2) le chiffre d'affaires des logiciels des Sciences de la vie, qui comprend nos marques MEDIDATA et BIOVIA ; et 3) le chiffre d'affaires des logiciels de l’Innovation pour petites et moyennes entreprises, qui comprend notre marque SOLIDWORKS ainsi que CENTRIC PLM, 3DVIA et notre nouvelle famille 3DEXPERIENCE.WORKS. Sous cette nouvelle présentation, ENOVIA Life Sciences Compliance and Quality Management est inclus dans le chiffre d’affaires des logiciels des Sciences de la vie.

 

Contribution des licences et du logiciel 3DEXPERIENCE

Pour mesurer la pénétration progressive du logiciel 3DEXPERIENCE, nous utilisons les ratios suivants : a) pour le chiffre d’affaires licences, nous calculons le pourcentage de contribution en comparant le total du chiffre d’affaires licences 3DEXPERIENCE au chiffre d’affaires licences pour toutes les gammes de produits hors SOLIDWORKS et acquisitions (« liées aux revenus de licences connexes ») ; et b) pour le chiffre d’affaires logiciel, nous calculons le pourcentage de contribution en comparant le total du chiffre d’affaires logiciel 3DEXPERIENCE au chiffre d’affaires logiciel pour toutes les lignes de produits hors SOLIDWORKS et acquisitions (« liées aux revenus de licences connexes »).

 

2.3.2   Données financières complémentaires non-IFRS

Le tableau ci-après détaille l’information financière complémentaire non-IFRS, les informations financières en normes IFRS correspondantes ainsi qu’un rapprochement entre les données en normes IFRS et les données non-IFRS.

  Semestres clos le 30 juin Variation
(En millions d'euros,
à l'exception des pourcentages et des données par action)
 2020 IFRSRetraite-ment (1)2020 non-IFRS 2019 IFRSRetraite-ment (1)2019 non-IFRS IFRSnon-IFRS (2)
Chiffre d’affaires  2 203,3 11,6 2 215,0  1 920,3 9,1 1 929,4  15 %15 %
Chiffre d’affaires par activité           
Chiffre d’affaires logiciel 1 973,010,51 983,5 1 702,77,81 710,5 16 %16 %
Licences et autres ventes de logiciels 341,5-341,5 461,8-461,8 (26 %)(26 %)
Souscription et support 1 631,410,51 641,9 1 240,97,81 248,7 31 %31 %
Part du chiffre d'affaires logiciel récurrent 83 % 83 % 73 % 73 %   
Prestations de services 230,41,1231,5 217,61,3218,9 6 %6 %
Chiffre d'affaires logiciel par ligne de produit *           
Innovation industrielle 1 150,00,81 150,7 1 202,2-1 202,2 (4 %)(4 %)
dont logiciel CATIA 521,80,8522,6 550,5-550,5 (5 %)(5 %)
dont logiciel ENOVIA 164,1-164,1 182,4-182,4 (10 %)(10 %)
Sciences de la vie 379,49,3388,8 69,20,569,7 448 %457 %
Innovation pour PME 443,50,4444,0 431,27,3438,5 3 %1 %
dont logiciel SOLIDWORKS 400,0-400,0 394,20,0394,2 1 %1 %
Chiffre d'affaires par zone géographique           
Europe 799,00,3799,4 802,22,0804,2 0 %(1 %)
Amériques 856,711,0867,7 602,77,1609,7 42 %42 %
Asie 547,60,3547,9 515,5-515,5 6 %6 %
Charges opérationnelles (1 941,7)347,1 (1 594,6) (1 522,4)205,6 (1 316,8) 28 %21 %
Charge liée à l’attribution d’actions de performance et de stock-options et charges sociales associées (103,8)103,8- (80,5)80,5-   
Amortissements des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels (209,9)209,9- (101,0)101,0-   
Avantages reçus des bailleurs liés aux acquisitions (1,5)1,5- ---   
Autres produits et charges opérationnels, nets (31,8)31,8- (24,0)24,0-   
Résultat opérationnel 261,7 358,7 620,4  397,9 214,7 612,6  (34 %)1 %
Marge opérationnelle 11,9 % 28,0 % 20,7 % 31,8 %   
Produits (charges) financiers, nets (13,0)0,5(12,5) 5,3(1,2)4,1 (344 %)(402 %)
Résultat avant impôt sur le résultat 248,7 359,2 607,9  403,3 213,5 616,8  (38 %)(1 %)
Charge d’impôt sur le résultat (59,4)(90,7)(150,1) (114,0)(64,5)(178,5) (48 %)(16 %)
Part revenant aux minoritaires 6,1(2,6)3,5 5,6(3,4)2,2   
Résultat net part du Groupe 195,4 266,0 461,4  294,9 145,6 440,5  (34 %)5 %
Résultat net dilué par action(3) 0,74 € 1,01 € 1,76 €  1,13 € 0,56 € 1,69 €  (34 %)4 %
  1. Dans le tableau de rapprochement ci-dessus, (i) tous les retraitements des données de chiffre d'affaires IFRS correspondent à l'exclusion du traitement comptable des produits constatés d'avance liés aux acquisitions, (ii) tous les retraitements des données de charges opérationnelles IFRS correspondent à l'exclusion de l'amortissement des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels, des coûts d'attribution d'actions de performance et de stock-options et des charges sociales associées et de l’effet du traitement comptable des avantages reçus des bailleurs liés aux acquisitions (tel que détaillé ci-dessous), et des autres produits et charges opérationnels, nets, incluant les pertes de valeur de goodwill ou d’actifs incorporels acquis, (iii) tous les retraitements des produits (charges) financiers et autres, nets correspondent à l'exclusion de certains éléments financiers non récurrents, nets et (iv) tous les retraitements des données de résultat net IFRS correspondent à l'impact combiné de ces différents ajustements, plus, en ce qui concerne le résultat net et le résultat net dilué par action, l'impact fiscal des retraitements ci-dessus et certains effets fiscaux non récurrents.
  • À partir du premier trimestre 2020, le Groupe a introduit une nouvelle présentation de son chiffre d’affaires par ligne de produits tel que précisé dans le paragraphe 2.3.1 «Résumé du premier semestre 2020 »  - «  Informations sur les lignes de produits ». Dans la nouvelle présentation, ENOVIA Life Sciences Compliance and Quality Management est inclus dans le chiffre d'affaires des logiciels des Sciences de la vie (7,0 millions d’euros pour le premier semestre 2019).

     

 Semestres clos le 30 juin
(En millions d'euros)

 
2020 IFRSCoûts d'attribution d'actions de performance et de stock-options et charges sociales associéesAvantages reçus des bailleurs pour les sociétés acquises2020 non-IFRS 2019 IFRSCoûts d'attribution d'actions de performance et de stock-options et charges sociales associéesAvantages reçus des bailleurs pour les sociétés acquises2019 non-IFRS
Coût des ventes(380,7)6,00,4(374,3) (296,1)3,5-(292,6)
Frais de recherche et de développement(473,6)36,80,7(436,2) (357,2)34,9-(322,3)
Frais commerciaux(647,2)30,20,2(616,8) (591,7)23,1-(568,6)
Frais généraux et administratifs(198,4)30,90,2(167,3) (152,3)19,0-(133,3)
  Total 103,8 1,5    80,5 -  

 (2)  Le pourcentage de variation non-IFRS compare les données non-IFRS pour les deux périodes. Dans le cas où les retraitements relatifs à une donnée ne concernent qu’un des deux semestres, la variation non-IFRS compare la donnée non-IFRS à la donnée IFRS correspondante.
 (3)  Sur la base d’une moyenne pondérée de 262,8 millions d’actions diluées au titre du premier semestre 2020 et de 260,8 millions d’actions diluées au titre du premier semestre 2019.

2.4 Examen de la situation financière et du résultat des opérations au 30 juin 2020

2.4.1   Chiffre d’affaires

Notre chiffre d’affaires provient (i) des redevances de licences de nos logiciels, notre principale source de chiffre d’affaires, ainsi que (ii) des prestations de services. Au titre du 1er semestre 2020, le chiffre d’affaires logiciel en IFRS représente 89,5 % de notre chiffre d’affaires (contre 88,7 % pour le 1er semestre 2019) et les prestations de services 10,5 % (contre 11,3 % au 1er semestre 2019).

Le chiffre d’affaires logiciel se compose principalement du chiffre d’affaires issu des souscriptions, du chiffre d’affaires support et du chiffre d’affaires des licences et autres ventes de logiciels. Les chiffres d’affaires souscription et support constituent ensemble le « chiffre d’affaires récurrent ».

Nos logiciels font essentiellement l’objet de contrats de licence selon une ou deux modalités distinctes de paiement : (i) les licences pour lesquelles le client paie une redevance initiale ou unique au titre d’une licence perpétuelle, ou (ii) les souscriptions pour lesquelles le client paie des redevances périodiques pour maintenir sa licence active. Le chiffre d’affaires de support comprend les redevances périodiques associées à la vente de mises à jour de produits non spécifiées et l’assistance technique. Les licences de souscription autorisent le client à bénéficier d’une maintenance corrective et de mises à jour de produits existants, sans redevance supplémentaire. Les mises à jour de produits incluent les améliorations apportées au produit existant, mais n’englobent pas la fourniture de nouveaux produits. Le chiffre d’affaires lié aux souscriptions provient également de contrats d’accès à des solutions sur le cloud, comprenant l’accès à distance à une solution logicielle, l’hébergement des données et des services de support. Le chiffre d’affaires des autres ventes de logiciels concerne principalement le développement de fonctionnalités supplémentaires demandées par les clients pour les produits standards et la maintenance.

Les prestations de services comprennent principalement les activités de conseil en méthodologie pour la conception, le déploiement et le support, ainsi que des services de formation et d’ingénierie. Les prestations de services comprennent également la production de contenus numériques destinés à la visualisation en 3D, à la publicité, à la vente et au marketing.

 Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)20202019VariationVariation taux de change constants
Chiffres d’affaires2 203,31 920,315 %14 %
Chiffre d’affaires logiciel1 973,01 702,716 %15 %
- Licences et autres ventes logiciel341,5461,8(26%)(27%)
- Souscription et support1 631,41 240,931 %30 %
Amériques758,2514,347 %44 %
Europe709,8712,40 %0 %
Asie505,0476,06 %5 %
Prestations de services230,4217,66 %5 %

Chiffre d’affaires

En IFRS, le chiffre d’affaires a augmenté de 14,7 %, soit 283,0 millions d’euros, grâce à la progression du chiffre d’affaires logiciel de 270,3 millions d’euros et à celle des prestations de services pour 12,8 millions d’euros.

Sur une base non-IFRS, le chiffre d’affaires s’élève à 2,22 milliards d’euros contre 1,93 milliard d’euros au premier semestre 2019 soit une augmentation de 14,8 % et de 14 % à taux de change constants qui témoigne de l’effet de l’acquisition de Medidata. Sur une base organique et à taux de change constants, le chiffre d’affaires a diminué de 5 % sous l’effet de l’impact économique de la pandémie de Covid-19.

Chiffre d’affaires logiciel par catégories

Le chiffre d’affaires logiciel IFRS a progressé de 15,9 % soit de 270,3 millions d’euros reflétant l’augmentation de 390,5 millions d’euros du chiffre d’affaires souscription et support, compensée pour partie par la diminution de 120,3 millions d’euros des licences et autres ventes de logiciel.

En non-IFRS, le chiffre d’affaires logiciel s’établit à 1,98 milliards d’euros contre 1,71 milliards d’euros au 30 juin 2019, soit une progression de 15 % à taux de change constants, reflétant une augmentation de 30 % (à taux de change constants) du chiffre d’affaires récurrent grâce à l’acquisition de Medidata et à une croissance organique de 5 % (à taux de change constants), alors que les nouvelles licences et autres ventes de logiciel ont diminué de 27 % à taux de change constants, conséquence de la chute de la demande relative à la Covid-19. Le chiffre d’affaires récurrent non-IFRS représente 83 % du chiffre d’affaires logiciel non-IFRS et s’établit à 1,64 milliard d’euros au 30 juin 2020.

Chiffre d’affaires logiciel par zone géographique

Dans la zone Amériques, le chiffre d’affaires logiciel a progressé de 44 % à taux de change constants, tant en IFRS qu’en non-IFRS, porté par l’acquisition de Medidata dont une part importante du chiffre d’affaires logiciel est réalisée en Amérique du Nord et par une augmentation du chiffre d’affaires dans le secteur Aéronautique et Défense. Dans la zone Asie, le chiffre d’affaires logiciel a progressé de 5 % à taux de change constants, tant en IFRS qu’en non-IFRS, avec une croissance importante en Asie du Pacifique Sud et une bonne résilience du Japon et de la Chine. En Europe, le chiffre d’affaires logiciel a été stable en IFRS et en diminution de 1 % en non-IFRS avec des performances organiques équivalentes dans les trois territoires géographiques les plus importants. 

Le chiffre d’affaires récurrent organique a progressé sur les trois zones géographiques avec des performances conformes à nos objectifs. Le chiffre d’affaires logiciel non-IFRS organique et à taux de change constants a été stable dans la zone Amériques et a diminué de 3 % dans la zone Asie et de 8 % en Europe.

Prestations de services

Les prestations de services ont progressé de 5 % à taux de change constants tant en IFRS qu’en non-IFRS, reflétant l’acquisition de Medidata compensée pour partie par une diminution organique de 10 % (IFRS) et de 11 % (non-IFRS) liée aux perturbations occasionnées par la Covid-19 sur le développement de l’activité et sur les contrats de prestations de services.

2.4.2   Charges opérationnelles

Coûts des ventes de logiciels

Le coût des ventes de logiciels inclut principalement les coûts de personnel, les redevances de licences logicielles payées pour les composants de tiers intégrés aux produits du Groupe, l’hébergement et d’autres coûts liés au cloud.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)  20202019
Coût des ventes de logiciels (hors amortissement des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels) 152,889,8
(% du chiffre d’affaires total)  6,9 %4,7 %

En IFRS, le coût des ventes de logiciels (hors amortissement des actifs incorporels acquis) augmente de 63,0 millions d’euros, soit une progression de 70,2 %. Cette hausse reflète la contribution additionnelle de l’acquisition de Medidata et dans une moindre mesure l’effet négatif des taux de change.

En non-IFRS, le coût des ventes de logiciels progresse de 71,3 % pour atteindre 151,1 millions d’euros, contre 88,2 millions d’euros au 30 juin 2019. Sur une base organique et à taux de change constants, le coût des ventes de logiciels non-IFRS a augmenté de 3 % suite à l’augmentation des dépenses de personnel.

Les effets de change ont impacté négativement le coût des ventes de logiciels à hauteur de 2 points en IFRS et non-IFRS.

Coûts des prestations de services

Le coût des prestations de services inclut principalement les frais de personnel et autres coûts liés à l’organisation et à la réalisation des prestations de services.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)  20202019
Coût des prestations de services 227,9206,3
(% du chiffre d’affaires total)  10,3 %10,7 %

En IFRS, les coûts des prestations de services augmentent de 21,6 millions d’euros soit de 10,5 %.

En non-IFRS, les coûts des prestations de services augmentent de 9,1 % pour atteindre 223,1 millions d’euros, comparé à 204,4 millions d’euros.

La progression des coûts des prestations de services en IFRS et en non-IFRS reflète principalement l’effet de l’acquisition de Medidata avec un impact négatif des taux de change limité à 1 point. Sur une base organique et à taux de change constants, les coûts des prestations de services en IFRS et en non-IFRS diminuent de 5 % suite à une baisse des frais de déplacement et de la sous-traitance de services.

Dépenses de recherche et développement

Les dépenses de R&D comprennent essentiellement les frais de personnel ainsi que les frais de location, d’amortissement et de maintenance du matériel informatique utilisé pour l’activité de R&D incluant les infrastructures liées au cloud, le coût des outils de développement des logiciels et les frais liés aux réseaux informatiques et aux moyens de communication.

Les dépenses de R&D sont comptabilisées en charges au cours de l’exercice pendant lequel elles sont encourues. Nous n’immobilisons pas les coûts de R&D. Une petite partie des collaborateurs de R&D fournit aux clients des services de maintenance de logiciels et leur coût est inclus dans le coût des ventes de logiciels.

 

Les dépenses de R&D sont comptabilisées nettes des subventions perçues de divers organismes publics visant à financer certains projets de R&D ainsi que des crédits d’impôt recherche reçus principalement en France.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)  20202019
Dépenses de recherche et développement 473,6357,2
(% du chiffre d’affaires total)  21,5 %18,6 %

Au cours du premier semestre 2020, les dépenses de recherche et développement progressent en IFRS de 116,4 millions d’euros soit de 32,6 %.

En non-IFRS, elles s’élèvent à 436,2 millions d’euros, comparé à 322,3 millions d’euros au cours du premier semestre 2019, soit une croissance de 35,3%.

La progression des dépenses de R&D en IFRS et en non-IFRS reflète principalement l’effet des acquisitions avec un impact limité des taux de change. Sur une base organique et à taux de change constants, les dépenses de R&D augmentent de 3 % en IFRS et de 4 % en non-IFRS suite à l’augmentation des frais de personnel essentiellement liée à la progression de l’effectif moyen.

Frais commerciaux

Les frais commerciaux du Groupe comprennent principalement les frais de personnel, composés des commissions sur ventes et des coûts du personnel d’administration des ventes, les dépenses de marketing et de communication incluant les frais de publicité, les frais de déplacement et les coûts de structure du marketing tels que les ressources informatiques utilisées par les équipes commerciales.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)  20202019
Frais commerciaux 647,2591,7
(% du chiffre d’affaires total)  29,4 %30,8 %

En IFRS, les frais commerciaux augmentent de 55,5 millions d’euros soit de 9,4 %.

En non-IFRS, les frais commerciaux s’élèvent à 616,8 millions d’euros au premier semestre 2020, contre 568,6 millions d’euros au cours du premier semestre 2019, soit une augmentation de 8,5 %.

Ces évolutions sont principalement imputables à l’effet des acquisitions, les taux de change ayant eu un impact limité. Sur une base organique et à taux de change constants, les frais de vente IFRS et non-IFRS ont diminué de 4 % et les dépenses de marketing de 6 % en raison de la diminution des frais de déplacement et au report d’événements marketing lié aux restrictions en matière de réunions physiques suite à la crise sanitaire de la Covid-19.

Frais généraux et administratifs

Les frais généraux et administratifs comprennent principalement les frais de personnel des départements Finance, Ressources Humaines, Juridique et la direction générale ; les frais professionnels et autres frais externes (hors frais liés aux acquisitions) ; les frais de déplacement ; les coûts d’infrastructure, y compris les ressources informatiques.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)  20202019
Frais généraux et administratifs 198,4152,3
(% du chiffre d’affaires total)  9,0 %7,9 %

En IFRS, les frais généraux et administratifs sont en augmentation de 46,1 millions d’euros, soit une progression de 30,3 % reflétant principalement l’effet des acquisitions.

En non-IFRS, les frais généraux et administratifs s’élèvent à 167,3 millions d’euros au premier semestre 2020, contre 133,3 millions d’euros au premier semestre 2019, soit une augmentation de 25,5 %.

Sur une base organique et à taux de change constants les frais généraux diminuent de 3 % en IFRS et de 1 % en non-IFRS. Les effets de change ont impacté négativement la croissance des frais généraux et administratifs en IFRS de 1 point et en non-IFRS à hauteur de 2 points de pourcentage.

Amortissements des actifs incorporels acquis

Ce poste comprend principalement l’amortissement de technologies acquises et des relations clients acquises.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros)  20202019
Amortissements des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels 209,9101,0

En IFRS, les amortissements des actifs incorporels acquis ont progressé de 108,9 millions d’euros soit de 107,8 % au cours du premier semestre 2020 suite à l’effet de l’acquisition de Medidata au 4ème trimestre 2019.

Voir la Note 11 aux Comptes consolidés résumés semestriels au 30 juin 2020.

Autres produits et charges opérationnels, nets

Les autres produits (et charges) opérationnels, nets comprennent l’impact d’évènements de nature inhabituelle, non fréquente ou de manière générale non récurrente.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros)  20202019
Autres produits et (charges) opérationnels, nets (31,8)(24,0)

En IFRS, les autres produits et (charges) opérationnels s’élèvent à (31,8) millions d’euros au cours du premier semestre 2020. Ils comprennent principalement des coûts liés au dispositif de congé de fin de carrière sur la base du volontariat (21,6 millions d’euros) et des coûts liés aux déménagements et réorganisations de sites (6,8 millions d’euros). Au premier semestre 2019, les autres produits et (charges) opérationnelles s’élevaient à (24,0) millions d’euros et comprenaient des coûts d’acquisition (18,9 millions d’euros) principalement liés à l’acquisition de Medidata Solutions, Inc.

Voir la Note 8 aux Comptes consolidés résumés semestriels au 30 juin 2020.

2.4.3   Résultat opérationnel

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros)  20202019
Résultat opérationnel 261,7397,9

Le résultat opérationnel IFRS est en diminution de 34,2 %, la progression du chiffre d’affaires de 283,0 millions d’euros, soit 14,7 %, ayant été compensée par la hausse de 419,3 millions d’euros des charges opérationnelles et notamment des dépenses de R&D, des amortissements des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels et des coûts des ventes de logiciels reflétant l’effet des acquisitions. La marge opérationnelle IFRS s’élève à 11,9 % contre 20,7 % au 30 juin 2019.

 

Le résultat opérationnel non-IFRS est en progression de 1 % et en diminution de 1 % à taux de change constants, pour s’établir à 620,4 millions d’euros au 30 juin 2020 contre 612,6 millions d’euros au 30 juin 2019. La marge opérationnelle non IFRS s’élève à 28,0 % contre 31,8 % au 30 juin 2019 et témoigne principalement d’une diminution de notre marge opérationnelle organique de 230 points de base, conséquence de la pandémie de Covid-19 sur nos ventes de nouvelles licences et sur les prestations de service, ainsi que de l’effet dilutif des acquisitions estimé à 170 points de base.

Voir le paragraphe 2.7 « Cadre financier et perspectives » pour une présentation détaillée des objectifs de marge opérationnelle non-IFRS pour l’année 2020.

2.4.4   Produits (charges) financiers, nets

Les produits (charges) financiers, nets, incluent (i) les produits et charges d'intérêts, nets ; (ii) les pertes ou gains de change, nets, qui comprennent principalement les pertes ou gains de change réalisés et latents sur les prêts et créances libellés en devises étrangères et (iii) les éléments non récurrents, nets.

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros)  20202019
Produits (charges) financiers, nets (13,0)5,3

En IFRS, les produits (charges) financiers, nets s’élèvent à (13,0) millions d’euros, contre 5,3 millions d’euros au premier semestre 2019, reflétant principalement la baisse des produits financiers consécutive à la diminution des  placements de trésorerie et la hausse des charges d’intérêts, liée à l’emprunt obligataire et aux emprunts auprès d’établissements bancaires émis afin de financer partiellement l’acquisition de Medidata Solutions, Inc. Voir la Note 9 aux Comptes consolidés résumés semestriels au 30 juin 2020.

De même, en non-IFRS, les produits (charges) financiers, nets s’élèvent à (12,5) millions d’euros, contre 4,1 millions d’euros au premier semestre 2019 sous l’effet des mêmes facteurs.

2.4.5   Impôt sur les sociétés

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d’euros, à l’exception des pourcentages)  20202019
Charge d’impôt sur le résultat 59,4114,0
Taux effectif d’impôt consolidé  23,9 %28,3 %

En IFRS, la charge d’impôt sur le résultat a baissé de 47,9 % conséquence d’une diminution de 38,3 % du résultat avant impôt.

En non-IFRS, la charge d’impôt sur le résultat a diminué de 15,9 % pour s’établir à 150,1 millions d’euros contre 178,5 millions d’euros au premier semestre 2019, principale conséquence d’une baisse du taux effectif d’impôt estimé due à un effet positif de l’évolution de la législation américaine, reflété dans les comptes depuis le quatrième trimestre 2019.  En non-IFRS, le taux effectif d’impôt au cours du premier semestre 2020 est de 24,7 % contre 28,9 % au premier semestre 2019.

2.4.6   Résultat net et résultat net dilué par action

   Semestres clos le 30 juin
(en millions d'euros, à l’exception des données par action)  20202019
Résultat net, part du Groupe 195,4294,9
Résultat net dilué par action 0,74  €1,13 €
Nombre moyen pondéré d’actions diluées en circulation  262,8260,8

En IFRS, le résultat net dilué par action s’élève à 0,74 euro, soit une diminution de 34,2 % par rapport au premier semestre 2019, principalement liée à la baisse du résultat opérationnel de 34,2 %, impacté notamment par les amortissements des actifs incorporels acquis et aux charges financières nettes.

En non-IFRS, le résultat net dilué par action s’élève à 1,76 euro contre 1,69 euro au premier semestre 2019, soit une progression de 4,1 % reflétant principalement la progression de 1,3 % du résultat opérationnel combiné à une baisse du taux effectif d’impôt, passant de 28,9% à 24,7%. Le résultat net dilué par action non-IFRS progresse de 2 % à taux de change constants.

2.4.7   Variabilité des résultats trimestriels

Le chiffre d’affaires trimestriel lié aux licences a pu évoluer de manière significative, et est susceptible d’évoluer de manière significative dans le futur. A court terme, l’impact de la pandémie Covid-19 affecte les conditions macroéconomiques en raison de sévères restrictions altérant tant la demande que la chaine de production. La croissance du chiffre d’affaires trimestriel des licences reflète la saisonnalité de l’activité, les processus de décision des clients et le mix entre licence et souscription. Le chiffre d’affaires des prestations de services affiche également des variations trimestrielles qui traduisent aussi bien les processus de décision des clients que nos propres décisions en matière d’engagements de service à réaliser par nous-mêmes ou par des intégrateurs systèmes avec lesquels nous travaillons. Enfin, la crise sanitaire liée à la Covid-19 impacte également les prestations de services du fait d’un niveau plus faible de nouvelles licences réduisant d’autant la demande de services, ainsi que le calendrier et le périmètre des contrats de services engagés avant la pandémie de Covid-19.

La croissance de notre chiffre d’affaires logiciel est généralement moins sujette à des variations significatives trimestrielles grâce à la part importante de chiffre d’affaires logiciel récurrent, qui comprend le chiffre d’affaires souscription et support. Le chiffre d’affaires récurrent a représenté 83 % du chiffre d’affaires logiciel IFRS et non-IFRS en 2020 et 73 % en 2019 mais peut être néanmoins soumis à des retards de renouvellement. Avec l’application de la norme IFRS 15 depuis le 1er janvier 2018, les comparaisons séquentielles de croissance de notre chiffre d’affaires logiciel récurrent doivent cependant tenir compte d’une part importante de nos contrats de souscription qui est renouvelée au 1er janvier pour une durée d’un an. Ainsi, en norme IFRS 15, le pourcentage de chiffre d’affaires souscription sur site réalisé au cours du 1er trimestre est plus élevé. Par ailleurs, les comparaisons d’une année sur l’autre peuvent être impactées par les changements de durée des contrats de souscription lors des renouvellements. Le chiffre d’affaires provenant des souscriptions de cloud est généralement reconnu linéairement sur la durée du contrat.

(en millions d’euros)1T 20192T 20193T 20194T 20191T 20202T 2020
Chiffre d’affaires logiciel récurrent (Non-IFRS)646,2602,5601,1724,2850,7791,2

Les ventes de licences se concentrent généralement sur le dernier mois de chaque trimestre et le Groupe enregistre normalement ses plus fortes ventes de licences pour l’année au cours du quatrième trimestre calendaire. Par ailleurs, le chiffre d’affaires des ventes de logiciels, le chiffre d’affaires total, le résultat opérationnel, la marge opérationnelle et le résultat net sont généralement plus élevés au quatrième trimestre.

Les acquisitions et cessions peuvent également entraîner des variations trimestrielles des différents éléments du chiffre d’affaires. De même, des fluctuations rapides des cours de change de devises pourraient également apporter une volatilité entre chaque trimestre sur le chiffre d’affaires, le résultat opérationnel et le bénéfice par action, ainsi que sur leurs taux de croissance respectifs.

Il est néanmoins possible que le chiffre d’affaires trimestriel évolue de façon importante et que, combiné aux impacts des programmes d’investissements du Groupe, cette situation engendre également une variation significative du résultat net trimestriel. Voir les paragraphes 1.7.1.1 « Un environnement économique mondial incertain » et 1.7.1.12 « Fluctuations du résultat opérationnel trimestriel de Dassault Systèmes » sur les facteurs de risques dans notre Document d’enregistrement universel 2019.

2.4.8   Flux de trésorerie

Nous disposons d’une flexibilité financière significative grâce à notre trésorerie disponible, à nos placements à court terme et au niveau élevé de flux de trésorerie généré annuellement. La trésorerie est principalement utilisée pour certaines acquisitions, pour le remboursement de la dette, pour les dividendes en numéraire et pour le rachat d’actions afin de minimiser l’effet dilutif des plans d’actions de performance.

Notre position financière nette s’élève à (2,21) milliards d’euros au 30 juin 2020, contre (2,66) milliards d’euros au 31 décembre 2019. Cette évolution s’explique par l’augmentation de 0,45 milliard d’euros de la trésorerie et des équivalents de trésorerie pour s’établir à 2,40 milliards d’euros au 30 juin 2020, contre 1,95 milliard d’euros au 31 décembre 2019, après déduction des emprunts d’un montant de 4,60 milliards d’euros.

Au premier semestre 2020, nos principales sources de liquidité provenaient de la trésorerie générée par l'activité, à hauteur de 855,0 millions d'euros et de l’exercice des stock-options pour 47,3 millions d’euros. Pendant cette période, la trésorerie générée par les activités opérationnelles a été principalement utilisée pour le versement de dividendes d'un montant total de 182,5 millions d’euros, pour des rachats d’actions de 104,7 millions d’euros liés aux plans d’actions de performance, pour des acquisitions d’immobilisations pour un montant net de 87,4 millions d’euros, ainsi que pour le paiement de dettes de loyer pour 47,4 millions d’euros.

Au premier semestre 2019, nos principales sources de liquidité avaient été la trésorerie générée par l'activité, à hauteur de 893,6 millions d'euros et de l’exercice des stock-options pour 46,0 millions d’euros. Pendant cette période, la trésorerie générée par les activités opérationnelles avait été principalement utilisée pour procéder à des acquisitions pour 402,8 millions d’euros (montant net de la trésorerie acquise), pour le versement de dividendes d'un montant total de 168,8 millions d’euros, pour des acquisitions d’immobilisations pour un montant net de 48,2 millions d’euros, ainsi que pour le paiement de dettes de loyer pour 37,3 millions d’euros.

L'évolution des taux de change a eu un impact négatif de (10,5) millions d’euros sur notre solde de trésorerie et équivalents de trésorerie au 30 juin 2020 contre un effet positif de 9,7 millions au 30 juin 2019.

Le Groupe adopte, dans le cadre de la gestion de ses excédents de trésorerie, une politique prudente de placement à court terme de qualité avec en contreparties de grandes banques et institutions financières de premier plan.

Voir également le Tableau des flux de trésorerie consolidés des Comptes consolides résumés semestriels au 30 juin 2020.

2.5 Parties liées

Des accords conclus avec des parties liées à Dassault Systèmes ont été identifiés dans le Document d’enregistrement universel au paragraphe 4.1.1 « Comptes consolidés et annexes », Note 26. Il n’y a pas eu de nouvel accord au cours du premier semestre 2020.

Les accords conclus avec Dassault Aviation, et dont il est fait mention dans ledit Document d’enregistrement universel, se sont poursuivis au cours du premier semestre 2020, Il n’y a pas eu de modification de nature à influer significativement sur la situation financière ou les résultats de Dassault Systèmes durant le premier semestre 2020.

2.6 Evénements importants survenus au cours du premier semestre 2020

Faits marquants

Dassault Systèmes acquiert Proxem pour étendre son activité de traitement intelligent de l'information sur la plateforme 3DEXPERIENCE. Le 23 juillet 2020, le Groupe a annoncé avoir finalisé l'acquisition de la société Proxem, spécialiste des logiciels et services de traitement sémantique basés sur l'intelligence artificielle, et de solutions d'analyse de l'expérience des consommateurs. Avec cette acquisition, Dassault Systèmes étend son activité d’intelligence de l'information de la plateforme 3DEXPERIENCE à la recherche sémantique avec les technologies de traitement du langage naturel (NLP). Les clients peuvent automatiser l'interprétation des données textuelles non structurées de manière à devenir plus innovants, plus agiles et plus durables. Parmi les clients de Proxem figurent notamment Air France, Air Liquide et Total.

Le 10 février 2020, Dassault Systèmes a présenté les nouvelles offres commerciales 3DEXPERIENCE.WORKS qui offrent aux utilisateurs de SOLIDWORKS une manière connectée, intégrée et automatisée de rationaliser leur processus de création, et de gagner du temps et de l'argent.  Les nouvelles offres - Standard, Professional et Premium - comprennent les applications SOLIDWORKS standard, professional et premium qui sont installées, licenciées et mises à jour dans la plateforme 3DEXPERIENCE, et leurs données y sont stockées. Grâce à cette interface, les clients de SOLIDWORKS utilisent les mêmes applications de bureau que celles sur lesquelles ils s'appuient pour concevoir et mettre au point de nouvelles expériences clients, tout en bénéficiant des avantages d'une plateforme numérique : collaboration améliorée, gestion des données intégrée et facile à utiliser, mises à jour automatiques du logiciel et accès flexible aux dernières données de projet facilement disponibles en un seul endroit. Les offres évolutives comprennent également 3D Creator et 3D Sculptor - des applications de conception de nouvelle génération qui fonctionnent via n'importe quel navigateur, n'importe où - et permettent aux utilisateurs d'étendre et d'améliorer ce qu'ils peuvent faire avec SOLIDWORKS en choisissant parmi des dizaines d'autres applications puissantes dans le portefeuille 3DEXPERIENCE.WORKS et en n'utilisant que celles dont ils ont besoin pour exécuter leur tâche.

Autres informations

Le 26 mai 2020, les actionnaires de Dassault Systèmes, réunis en Assemblée générale, ont approuvé, au titre de l’exercice 2019, un dividende de 0,70 euro par action, en augmentation de 8 % par rapport à 0,65 euro par action pour l’exercice précédent. Le dividende intégralement en numéraire a été mis en paiement pour un montant global de 182,5 millions d’euros le 2 juin 2020.

2.7 Cadre financier et perspectives 2020

Dans le contexte global d’urgence sanitaire déclaré au premier trimestre, nous avons mis à jour nos objectifs financiers initiaux 2020 le 23 avril 2020. Nous avons ainsi établi un cadre financier avec comme objectif de conserver un niveau stable de BNPA dilué non-IFRS par rapport à 2019 à environ 3,65 euros pour 2020. Le 23 juillet, nous avons réactualisé nos objectifs de BNPA dilué non-IFRS pour les porter à une fourchette comprise entre 3,70 et 3,75 € par action.

Le Groupe a fixé le cadre suivant comme base de ses objectifs financiers pour les résultats trimestriels ainsi que pour l’exercice 2020 et afin de conduire notre planification interne. Ce plan repose sur des hypothèses de certaines améliorations de croissance mondiale sur le second semestre 2020 grâce aux plans gouvernementaux mis en place dans les principales zones géographiques dans lesquelles nous intervenons ainsi que la réouverture progressive des sites de nos clients, des frontières et des capacités de déplacements professionnels. Nous anticipons également que l’épidémie de Covid-19 et ses évolutions continueront de produire une volatilité dans le retour de la demande. Nous pensons sur cette base que le cadre financier présenté en avril reste pertinent. Ce cadre et ces objectifs financiers font l’objet d’estimations et de précautions présentées ci-dessous. Ils sont susceptibles d’être revus en fonction des évolutions sur le second semestre 2020 de la situation sanitaire, des conditions de marché et des taux de changes.

Les principales hypothèses de ce cadre, présentées le 23 avril 2020 et confirmées et réactualisées le 23 juillet 2020, sont les suivantes :

  • Une décélération significative du PIB mondial et des restrictions pour de nombreux secteurs d’activité, sur la base des plans gouvernementaux actuels en Amérique, en Europe et en Asie, conduisant à une diminution du chiffre d’affaires logiciel licences et autres ventes de logiciels non-IFRS à taux de change constants d'environ 18 % à 16 % pour l’exercice 2020 (contre 20 % à 17 % dans notre précédente communication) ;
  • Le chiffre d’affaires récurrent non-IFRS maintiendra une forte résilience du chiffre d’affaires logiciels récurrent non-IFRS, tout en reflétant une baisse de l'activité des nouvelles licences et un certain accroissement de l’attrition conduisant à une croissance du chiffre d’affaires récurrent dans la fourchette de 26 % à 27 % (sans changement) en 2020 à taux de change constants ;
  • Des économies de coûts ayant pour objectif d’atteindre une marge opérationnelle non-IFRS d’environ 29,3 % à 29,4 % en 2020 (contre 29,5 % dans notre précédente communication) ;
  • Un taux d'imposition effectif non-IFRS d'environ 25,2% (sans changement) en 2020.

Ces hypothèses nous ont conduit à mettre à jour nos objectifs financiers 2020 qui sont confirmés à nouveau à la date du présent Rapport Semestriel. Ces objectifs financiers ont été préparés et communiqués uniquement sur une base non-IFRS, et reflètent les hypothèses ci-après de taux de change pour l’année 2020 pour le dollar américain, le yen japonais ainsi que l’impact potentiel de devises supplémentaires non européennes :

  • Croissance du chiffre d’affaires non-IFRS 2020 à taux de change constants d’environ 12 % à 13 %, pour un objectif de 4,51 à 4,56 milliards d’euros ;
  • Marge opérationnelle non-IFRS 2020 d’environ 29,3 % à 29,4 % ;
  • Résultat net dilué par action non-IFRS 2020 de 3,70 à 3,75 euros, stable ou en légère augmentation de 1 % à 3 % par rapport à 2019.

Ces objectifs sont fondés sur des hypothèses de taux de change moyen de 1,13 dollar US pour 1,00 euro pour 2020 et de 122,3 yens pour 1,00 euro pour 2020. Ces taux de change sont des hypothèses de travail : la variation effective des cours des devises par rapport aux hypothèses pouvant affecter significativement les résultats de Dassault Systèmes.

Les objectifs non-IFRS 2020 énoncés ci-dessus ne prennent pas en compte les éléments comptables suivants et sont estimés sur la base des hypothèses de taux de change 2020 indiquées précédemment : le traitement comptable des passifs sur contrats, estimé à environ 13 millions d’euros, les charges relatives à l’attribution d’actions de performance et de stock-options, incluant les charges sociales liées, estimées à environ 209 millions d’euros pour 2020, ainsi que l’amortissement d’actifs incorporels acquis et la réévaluation d’actifs corporels acquis d’environ 400 millions d’euros, principalement liés à l’acquisition de Medidata ; et l’impact des avantages reçus des bailleurs liés aux acquisitions estimé à environ 3 millions d’euros. En outre, les objectifs ci-dessus ne prennent pas non plus en compte l’impact des autres produits et charges opérationnels nets, essentiellement composés de charges liées aux acquisitions, de charges d’intégration et de restructuration, de pertes de valeur du goodwill et d’actifs incorporels acquis ; de l’impact de certains effets financiers non récurrents ; de certains effets fiscaux non récurrents ; ainsi que de l’impact fiscal de ces ajustements non-IFRS. Enfin, ces estimations n’incluent pas d’éventuelles nouvelles attributions de stock-options ou d’actions de performance, ni de nouvelles acquisitions ou restructurations survenant après le 30 juin 2020.

Les données présentées ci-dessus comprennent les déclarations sur notre cadre opérationnel et les objectifs de performances financières à venir de Dassault Systèmes. Ces déclarations de nature prospective se fondent sur les opinions et hypothèses des dirigeants du Groupe à la date du présent Rapport Semestriel et impliquent des risques et des incertitudes connus et inconnus. Les principaux risques et incertitudes auxquels le Groupe pourrait être confronté durant les six mois restants de l’exercice 2020 sont présentés au paragraphe 1.7 « Facteurs de risques » du Document d’enregistrement universel 2019, déposé à l’AMF le 19 mars 2020, à l’exception des risques de change et de taux d’intérêt qui sont mis à jour dans la Note 13 des Comptes consolidés résumés semestriels au 30 juin 2020 figurant au chapitre 3 du présent Rapport Semestriel.

3 COMPTES CONSOLIDES RESUMES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2020

Comptes de résultat consolidés

(en millions d’euros, à l’exception des montants par action)   NoteSemestres clos les 30 juin
   2020
(non audité)
2019
(non audité)
Licences et autres ventes de logiciels    341,5461,8
Souscription et support    1 631,41 240,9
Chiffre d'affaires logiciel   51 973,01 702,7
Prestations de services    230,4217,6
TOTAL CHIFFRE D’AFFAIRES    2 203,31 920,3
Coût des ventes de logiciels    (152,8)(89,8)
Coût des prestations de services    (227,9)(206,3)
Frais de recherche et de développement    (473,6)(357,2)
Frais commerciaux    (647,2)(591,7)
Frais généraux et administratifs    (198,4)(152,3)
Amortissement des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels    (209,9)(101,0)
Autres produits et charges opérationnels, nets   8(31,8)(24,0)
RÉSULTAT OPÉRATIONNEL    261,7397,9
Produits et charges d’intérêts, nets   9(11,0)5,7
Autres produits et charges financiers, nets   9(2,0)(0,4)
RÉSULTAT AVANT IMPÔT SUR LE RÉSULTAT    248,7403,3
Charge d’impôt sur le résultat    (59,4)(114,0)
RÉSULTAT NET    189,3289,3
Dont :      
Résultat net, part du Groupe    195,4294,9
Intérêts minoritaires    (6,1)(5,6)
Résultat par action      
Résultat net de base par action    0,751,14
Résultat net dilué par action    0,741,13

États du résultat global

(en millions d’euros)   NoteSemestres clos les 30 juin
   2020
(non audité)
2019
(non audité)
RÉSULTAT NET    189,3289,3
Produit (Charge) latent(e) sur les réserves de couverture   142,7(19,6)
(Charge) Produit d’impôt sur les éléments recyclables    (2,3)6,2
Écarts de conversion    (5,8)24,9
Autres éléments du résultat global susceptibles d’être recyclés ultérieurement en résultat net, nets d’impôts    (5,4)11,5
Réévaluations des régimes de retraite à prestations définies    (0,7)(23,4)
Réévaluations des investissements en titres non consolidés    3,7-
(Charge) Produit d’impôt sur les éléments non recyclables    (0,6)7,0
Autres éléments du résultat global non recyclables ultérieurement en résultat net, nets d’impôts    2,5(16,4)
AUTRES ÉLÉMENTS DU RÉSULTAT GLOBAL, NETS D’IMPOTS    (3,0)(4,9)
TOTAL RÉSULTAT GLOBAL, NET    186,3284,3
Dont :      
Part revenant au Groupe    192,1289,3
Part revenant aux minoritaires    (5,8)(5,0)

Bilans consolidés

(en millions d'euros)   Note30 juin 2020
(non audité)
31 décembre 2019
(audité)
Actif      
Trésorerie et équivalents de trésorerie    2 399,71 944,9
Clients et comptes rattachés, nets   10965,31 319,2
Actifs sur contrats    29,026,9
Créances d’impôt sur le résultat    53,7115,4
Autres actifs courants    249,2262,6
TOTAL ACTIF COURANT    3 696,83 669,0
Immobilisations corporelles, nettes    920,2899,7
Autres actifs non courants    268,1249,5
Impôts différés actifs    150,0137,4
Immobilisations incorporelles, nettes   114 003,34 186,1
Goodwill   114 768,54 730,9
TOTAL ACTIF NON COURANT    10 110,210 203,7
TOTAL ACTIF    13 807,013 872,6
       
(en millions d’euros)      
Passif et capitaux propres      
Dettes fournisseurs    148,3220,0
Personnel et comptes rattachés    478,4497,3
Passifs sur contrats    1 164,11 093,5
Emprunts courants   127,84,4
Impôt sur le résultat à payer    13,555,4
Autres passifs courants    240,9263,3
TOTAL PASSIF COURANT    2 053,02 133,8
Impôts différés passifs    823,3830,2
Emprunts non courants   124 600,14 596,8
Autres passifs non courants    966,71 049,2
TOTAL PASSIF NON COURANT    6 390,16 476,2
Capital    132,3132,0
Primes d’émission    916,3863,3
Actions propres    (392,1)(450,2)
Réserves consolidées et autres réserves    4 652,04 653,2
Autres éléments    7,210,4
Total capitaux propres, part du Groupe    5 315,75 208,7
Intérêts minoritaires    48,253,9
TOTAL CAPITAUX PROPRES   145 363,95 262,6
TOTAL PASSIF ET CAPITAUX PROPRES    13 807,013 872,6
       


Tableaux des flux de trésorerie consolidés

(en millions d’euros)   NoteSemestres clos les 30 juin
   2020
(non audité)
2019
(non audité)
Résultat net    189,3289,3
Élimination des éléments sans incidence sur la trésorerie  15377,8218,0
Variation des actifs et passifs d’exploitation   15287,9386,3
Trésorerie nette provenant des activités opérationnelles  855,0893,6
Acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles  11(87,4)(48,2)
Acquisitions de filiales consolidées, nettes de la trésorerie acquise 15(19,5)(402,8)
Autres    2,4(17,1)
Trésorerie nette absorbée par les activités d’investissement  (104,4)(468,1)
Exercice de stock-options    47,346,0
Dividendes versés   14(182,5)(168,8)
Rachat et vente d’actions propres   14(104,7)9,2
Emission d'emprunts    1,8-
Remboursement d’emprunts    -(0,8)
Remboursement des passifs de loyers    (47,4)(37,3)
Trésorerie nette absorbée par les activités de financement  (285,4)(151,7)
Incidence des variations de taux de change sur la trésorerie et les équivalents de trésorerie(10,5)9,7
AUGMENTATION DE LA TRÉSORERIE ET DES ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE454,8283,5
TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE À L’OUVERTURE DE L’EXERCICE1 944,92 809,3
TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE À LA CLOTURE DE L’EXERCICE2 399,73 092,8
Informations complémentaires      
Impôts payés    54,620,8
Intérêts payés    16,012,4
Total des sorties de trésorerie relatives aux contrats de location  58,847,1

Tableaux de variations des capitaux propres consolidés

(en millions d’euros)NoteCapitalPrimes d’émissionActions propresRéserves consolidées et autres réservesAutres élémentsTotal part du GroupeTotal intérêts minoritairesTotal capitaux propres
SITUATION AU 31 DECEMBRE 2018* 131,4766,3(353,8)4 003,514,64 561,963,94 625,9
Ajustements liés à la première application d’IFRS 16 (nets d’impôts) ---(36,0)-(36,0)-(36,0)
SITUATION AJUSTÉE AU 1ER JANVIER 2019 131,4766,3(353,8)3 967,514,64 526,063,94 589,9
Résultat net ---294,9-294,9(5,6)289,3
Autres éléments du résultat global, net ----(5,6)(5,6)0,7(4,9)
RÉSULTAT GLOBAL, NET ---294,9(5,6)289,3(5,0)284,3
Dividendes ---(168,8)-(168,8)-(168,8)
Exercice de stock-options 0,463,2---63,7-63,7
Transactions sur actions propres --44,9(35,7)-9,2-9,2
Rémunérations fondées sur des actions ---49,3-49,3-49,3
Autres variations ---29,2-29,2(1,5)27,8
SITUATION AU 30 JUIN 2019 (NON AUDITEE) 131,8829,5(308,9)4 136,49,04 797,957,64 855,4
          
SITUATION AU 31 DECEMBRE 2019 132,0863,3(450,2)4 653,210,45 208,753,95 262,6
Résultat net ---195,4-195,4(6,1)189,3
Autres éléments du résultat global, net ----(3,3)(3,3)0,3(3,0)
RÉSULTAT GLOBAL, NET ---195,4(3,3)192,1(5,8)186,3
Dividendes14---(182,5)-(182,5)-(182,5)
Exercice de stock-options 0,353,0---53,3-53,3
Transactions sur actions propres --58,2(162,8)-(104,7)-(104,7)
Rémunérations fondées sur des actions7---85,7-85,7-85,7
Transactions avec les intérêts minoritaires ---50,5-50,5-50,5
Autres variations ---12,5-12,5-12,5
SITUATION AU 30 JUIN 2020 (NON AUDITEE) 132,3916,3(392,1)4 652,07,25 315,748,25 363,9

 * Le Groupe a appliqué la norme IFRS 16 pour la première fois au 1er janvier 2019. Conformément aux méthodes de transition retenues, l’information comparative n’a pas été retraitée.

Détail des variations des capitaux propres liées aux autres éléments du résultat global

(en millions d’euros)Investissements en titres non consolidésRéserves de couvertureÉcarts de conversionGains et pertes actuarielsTotal part du GroupeTotal intérêts minoritairesTotal autres éléments du résultat global
SITUATION AU 31 DECEMBRE 20183,4(2,5)67,9(54,2)14,60,915,5
Variations-(13,4)24,2(16,4)(5,6)0,7(4,9)
SITUATION AU 30 JUIN 2019 (NON AUDITEE)3,4(15,9)92,1(70,6)9,01,610,6
          
SITUATION AU 31 DECEMBRE 20193,44,182,6(79,6)10,41,111,6
Variations2,90,4(6,1)(0,5)(3,3)0,3(3,0)
SITUATION AU 30 JUIN 2020 (NON AUDITEE)6,34,476,5(80,1)7,21,48,6

ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES RESUMES SEMESTRIELS AU 30 JUIN 2020

L’annexe fait partie intégrante des comptes consolidés résumés semestriels.

Note 1Description des activités du GroupeNote 10Clients et comptes rattachés, nets
Note 2Résumé des principales méthodes comptablesNote 11Immobilisations incorporelles et goodwill
Note 3Effet de la saisonnalitéNote 12Emprunts
Note 4Données financières analysées par secteur opérationnelNote 13Instruments dérivés et gestion des risques de change et de taux d’intérêts
Note 5Chiffre d’affaires logicielNote 14Capitaux propres
Note 6Subventions publiquesNote 15Tableaux des flux de trésorerie consolidés
Note 7Rémunération fondée sur des actionsNote 16Engagements et passifs éventuels
Note 8Autres produits et charges opérationnels, nets  
Note 9Produits et charges d’intérêts, nets et autres produits et charges financiers, nets  
    

Note 1      Description des activités du Groupe

Le « Groupe » fait référence à Dassault Systèmes SE et ses filiales. Le Groupe propose des solutions logicielles et des services conçus pour accompagner les entreprises dans leurs processus d’innovation, de la spécification et de la conception d’un nouveau produit, jusqu’à sa fabrication et sa vente, en passant par son maquettage, sa simulation, et la représentation réaliste en 3D de son expérience d’utilisation.

Le Groupe sert onze industries structurées en trois secteurs : Industries Manufacturières (Transport et Mobilité ; Aéronautique et Défense ; Marine et Offshore ; Equipements Industriels ; Haute Technologie ; Maison et Mode ; Produits de grande consommation et distribution ; et une partie des Services aux entreprises) ; Sciences de la Vie et Santé (Sciences de la vie) ; et Infrastructures et Villes (Energie et Matériaux ; Construction, Villes et Territoires ; Services aux entreprises). Afin de répondre aux besoins de ses clients, le Groupe a développé, grâce à la plateforme 3DEXPERIENCE, un vaste portefeuille d’applications logicielles composé d’applications de modélisation 3D, de contenu et de simulation, sociales et collaboratives, et de traitement de l’information.

Dassault Systèmes SE est une société européenne (Societas Europaea) de droit français, dont le siège social est situé au 10, rue Marcel Dassault à Vélizy-Villacoublay, en France. Les titres de Dassault Systèmes SE sont cotés sur Euronext Paris.

Note 2      Résumé des principales méthodes comptables

Les comptes consolidés résumés du premier semestre 2020 sont établis en conformité avec la norme comptable internationale IAS 34 "Information financière intermédiaire", telle qu’adoptée par l’Union Européenne (UE) et publiée par l’International Accounting Standard Board (IASB). Ces comptes consolidés résumés semestriels ont été arrêtés par le Conseil d’administration le 22 juillet 2020.

Les méthodes comptables appliquées pour l’établissement de ces comptes consolidés résumés semestriels sont identiques à celles utilisées pour la préparation des comptes consolidés pour l’exercice clos le 31 décembre 2019, à l’exception des dispositions spécifiques à l’établissement des comptes intermédiaires prévues par la norme IAS 34.

Les nouvelles normes, interprétations et amendements qui sont d’application obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020 n’ont pas eu d’incidence significative sur les comptes consolidés résumés semestriels du Groupe. Les nouvelles normes, interprétations et amendements qui sont d’application obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021 n’ont pas été adoptés par anticipation par le Groupe.

Les normes, amendements de normes et interprétations publiés par l’IASB et non encore approuvés par l’UE n’ont pas d’impact significatif sur les comptes consolidés résumés du premier semestre 2020.

Les principales méthodes comptables du Groupe sont décrites dans les notes aux états financiers consolidés annuels de l’exercice clos le 31 décembre 2019.

Les comptes consolidés résumés semestriels sont présentés en millions d’euros, sauf mention contraire. Certains totaux peuvent présenter des écarts d’arrondis.

Note 3      Effet de la saisonnalité

L’activité du Groupe est soumise à des fluctuations saisonnières. Historiquement, le niveau des ventes, le résultat opérationnel et le résultat net du Groupe sont généralement plus élevés au quatrième trimestre, ainsi qu’il est généralement observé dans le secteur du logiciel.

 

Note 4     Données financières analysées par secteur opérationnel

Les secteurs opérationnels sont des composantes du Groupe pour lesquelles des informations financières isolées sont disponibles, et dont les résultats opérationnels sont régulièrement examinés par la direction du Groupe, en vue d’évaluer leurs performances et de décider de l’affectation des ressources. Le Groupe opère sur un secteur opérationnel unique, la vente de solutions logicielles, dont l’objectif est d’offrir aux clients la capacité d’intégrer leurs processus d’innovation depuis la mise au point d’un nouveau concept jusqu’à l’expérimentation réaliste du produit qui en est issu, en passant par toutes les étapes de conception détaillée, de simulation scientifique et de production grâce à la plateforme 3DEXPERIENCE.

La mesure de la performance du secteur opérationnel est fondée sur les données financières complémentaires non-IFRS du Groupe (voir le paragraphe 2.3.2 « Données financières complémentaires non-IFRS » du présent Rapport Semestriel). Les principes comptables appliqués diffèrent de ceux décrits dans la Note 2 Résumé des principales méthodes comptables sur les aspects suivants :

  • les indicateurs de chiffre d’affaires et de résultat du secteur opérationnel incluent la totalité du chiffre d’affaires qui aurait été comptabilisé par les sociétés acquises si elles étaient restées indépendantes, mais dont une partie est exclue du chiffre d’affaires du Groupe afin de refléter la juste valeur des obligations assumées ;
  • l’indicateur de résultat du secteur opérationnel exclut :
    • les charges comptabilisées au titre des rémunérations fondées sur des actions et les charges sociales associées (voir la Note 7 Rémunération fondée sur des actions),
    • l’amortissement des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels,
    • et les autres produits et charges opérationnels, nets (voir la Note 8 Autres produits et charges opérationnels, nets) ;
  • l’indicateur de résultat du secteur opérationnel comprend l’impact des avantages reçus du bailleur, incluant les franchises de loyer, non intégrés dans le droit d’utilisation comptabilisé lors d’un regroupement d’entreprises.
  Semestres clos les 30 juin
(en millions d'euros) 20202019
TOTAL CHIFFRE D'AFFAIRES DU SECTEUR OPÉRATIONNEL 2 215,01 929,4
Ajustement des produits constatés d’avance liés aux acquisitions (11,6)(9,1)
TOTAL CHIFFRE D'AFFAIRES PUBLIÉ 2 203,31 920,3

 

  Semestres clos les 30 juin
(en millions d’euros) 20202019
RÉSULTAT DU SECTEUR OPÉRATIONNEL 620,4612,6
Ajustement des produits constatés d’avance liés aux acquisitions (11,6)(9,1)
Charge au titre des rémunérations fondées sur des actions et charges sociales associées (103,8)(80,5)
Amortissement des actifs incorporels acquis et des réévaluations des actifs corporels (209,9)(101,0)
Avantages reçus des bailleurs liés aux acquisitions (1,5)-
Autres produits et charges opérationnels, nets (31,8)(24,0)
RÉSULTAT OPÉRATIONNEL PUBLIÉ 261,7397,9


Note 5      Chiffre d’affaires logiciel

Le chiffre d’affaires logiciel se décompose de la façon suivante :

     Semestres clos les 30 juin
(en millions d'euros)    20202019
Licences et autres ventes de logiciels    341,5461,8
Souscription et support (1)    1 631,41 240,9
CHIFFRE D'AFFAIRES LOGICIEL    1 973,01 702,7

 (1)  En 2020, obligations de prestations remplies à un moment précis pour 217,0 millions d’euros et obligations de prestations délivrées progressivement pour 1 414,4 millions d’euros, contre respectivement 217,4 millions d’euros et 1 023,6 millions d’euros en 2019.

       

La répartition du chiffre d’affaires logiciel par principale ligne de produit se décompose de la façon suivante :

(en millions d’euros)    Semestres clos les 30 juin
    20202019*
Innovation industrielle    1 150,01 202,2
Dont logiciel CATIA    521,8550,5
Dont logiciel ENOVIA    164,1182,4
Sciences de la vie    379,469,2
Innovation pour PME**    443,5431,2
Dont logiciel SOLIDWORKS    400,0394,2
CHIFFRE D'AFFAIRES LOGICIEL    1 973,01 702,7

*    À partir du premier trimestre 2020, le Groupe introduit une nouvelle présentation de son chiffre d’affaires par ligne de produits qui inclut : 1) le chiffre d'affaires des logiciels d'Innovation industrielle, qui comprend ses marques CATIA, ENOVIA, SIMULIA, DELMIA, GEOVIA, NETVIBES/EXALEAD et 3DEXCITE ; 2) le chiffre d'affaires des logiciels des Sciences de la vie, qui comprend ses marques MEDIDATA et BIOVIA ; et 3) le chiffre d'affaires des logiciels d'Innovation pour PME, qui comprend sa marque SOLIDWORKS ainsi que CENTRIC PLM, 3DVIA et sa nouvelle famille 3DEXPERIENCE.WORKS. Dans la nouvelle présentation, ENOVIA Life Sciences Compliance and Quality Management est inclus dans le chiffre d'affaires des logiciels des Sciences de la vie (7,0 millions d’euros pour le premier semestre 2019).

**   PME : Petites et Moyennes Entreprises.

     

Note 6      Subventions publiques

Les subventions reçues des organismes publics sont présentées au compte de résultat consolidé en déduction des frais de recherche et de développement et des autres coûts, comme suit :

(en millions d'euros)    Semestres clos les 30 juin
    20202019
Frais de recherche et de développement    21,712,2
Autres coûts    1,73,1
TOTAL SUBVENTIONS PUBLIQUES    23,315,3


Note 7     Rémunération fondée sur des actions

La charge comptabilisée au titre de la rémunération fondée sur des actions de performance et des stock-options est présentée au compte de résultat consolidé, charges sociales comprises, comme suit :

(en millions d'euros)  Semestres clos les 30 juin
  20202019
Frais de recherche et de développement  (36,8)(34,9)
Frais commerciaux  (30,2)(23,1)
Frais généraux et administratifs  (30,9)(19,0)
Coût des ventes  (6,0)(3,5)
CHARGE COMPTABILISÉE AU TITRE DE LA RÉMUNERATION FONDÉE SUR DES ACTIONS(103,8)(80,5)

Les mouvements relatifs aux actions de performance, au programme Medidata et aux stock-options en cours d’acquisition durant le semestre clos le 30 juin 2020 sont les suivants :

 Nombre d’actions
Actions de performanceProgramme
Medidata
Stock-optionsTotal
EN COURS D’ACQUISITION AU 31 DECEMBRE 20193 194 4951 867 4633 299 2778 361 235
Attribuées1 161 687-2 161 9193 323 606
Acquises(1 029 050)(594 040)(1 584 064)(3 207 154)
Annulées(10 000)(76 912)(122 611)(209 523)
EN COURS D’ACQUISITION AU 30 JUIN 20203 317 1321 196 5113 754 5218 268 164

Actions de performance

Nouveaux plans attribués en 2020

Dans le cadre de l’autorisation qui lui a été conférée par l’Assemblée générale des actionnaires de Dassault Systèmes SE du 22 mai 2018, le Conseil d’administration a attribué le 26 mai 2020, 804 966 actions de performance (Plan 2020-A) à certains salariés et dirigeants du Groupe et 300 000 actions de performance (Plan 2020-B) à M. Bernard Charlès, Vice-président du Conseil d’administration et Directeur Général au titre de la démarche d’association progressive de celui-ci au capital de l’entreprise mise en place depuis plusieurs années. Ces actions seront effectivement acquises le 26 mai 2024. Elles seront livrées à cette date si le bénéficiaire est encore salarié, dirigeant ou mandataire social du Groupe à l’issue d’une période de présence finissant le 26 mai 2023 et à condition que le critère basé sur la croissance du bénéfice net dilué par actions du Groupe (« BNPA ») non-IFRS ait été rempli. Ce critère, condition accessoire à l’acquisition des actions, repose sur l’atteinte d’un objectif de croissance du BNPA non-IFRS pour l’exercice 2023 hors effets de la variation des taux de change par rapport à celui réalisé pour l’exercice 2019.

La juste valeur moyenne pondérée, à la date d’attribution, des actions de performance 2020-A et 2020-B était de 58,42 euros. Elle a été déterminée par rapport au cours de l’action de Dassault Systèmes SE à la date d’attribution, ajusté de la condition accessoire à l’acquisition des actions reposant sur le BNPA non-IFRS. Celle-ci a été valorisée au moyen d’un modèle de simulation de type Monte-Carlo. Ce modèle simule la performance du BNPA non-IFRS hors effets de la variation des taux de change de Dassault Systèmes, en prenant en compte un taux de volatilité anticipée de 8,22 %.

Dans le cadre de l’autorisation qui lui a été conférée par l’Assemblée générale des actionnaires de Dassault Systèmes SE du 22 mai 2018, le Conseil d’administration a attribué, le 26 mai 2020, 56 721 actions de performance (Plan 2020-M) à certains salariés et dirigeants du Groupe. Ces actions seront effectivement acquises le 26 mai 2023. Elles seront livrées à cette date si le bénéficiaire est encore salarié ou dirigeant du Groupe à l’issue d’une période de présence finissant le 26 mai 2023 et à condition que le double critère de croissance du chiffre d’affaires non-IFRS et de la marge opérationnelle non-IFRS de l’activité MEDIDATA ait été rempli. Ce double critère, condition d’acquisition des actions, repose sur l’atteinte d’objectifs de croissance pour l’exercice 2022, hors effets de la variation des taux de change, par rapport à celui réalisé pour l’exercice 2019.

La juste valeur moyenne pondérée, à la date d’attribution, des actions de performance 2020-M était de 141,26 euros. Elle a été déterminée par rapport au cours de l’action de Dassault Systèmes SE à la date d’attribution, en prenant en compte un taux de volatilité anticipée de 8,22 %.

Modification de plans

Le 22 avril 2020, le Conseil d’administration a modifié le règlement des plans d’actions de performance 2019-A, 2019-B et 2019-A2. Ces plans avaient été initialement attribués par le Conseil d’administration le 25 septembre 2018 (plans 2019-A et 2019-B) et le 1er juillet 2019 (plan 2019-A2). Les modifications ont porté sur le critère basé sur le bénéfice net dilué par actions du Groupe non-IFRS (condition accessoire à l’acquisition des actions). Par conséquent, la juste valeur incrémentale mesurée en date de modification est reconnue sur la période d’acquisition modifiée.

La juste valeur incrémentale en date de modification était de 38,68 euros. Elle intègre la condition accessoire à l’acquisition des actions reposant sur le bénéfice net dilué par actions du Groupe non-IFRS, valorisée au moyen d’un modèle de simulation de type Monte-Carlo, en prenant en compte un taux de volatilité anticipée de 8,22 %.

Stock-options

Les principales caractéristiques des plans de stock-options du Groupe sont les suivantes : la période d’acquisition des droits est comprise entre un et quatre ans, sous réserve que le bénéficiaire remplisse une condition de  présence, les options expirent huit à dix ans après leur date d’attribution ou, le cas échéant, à la cessation du contrat de travail ou du mandat social si elle intervient avant (excepté pour le plan 2020-01 détaillé ci-dessous), le prix d’exercice des options attribuées est généralement supérieur ou égal à la valeur du titre du Groupe au jour de l’attribution (ou la veille du jour de l’attribution).

Nouveaux plans attribués en 2020

Dans le cadre de l’autorisation qui lui a été conférée par l’Assemblée générale des actionnaires de Dassault Systèmes SE du 26 mai 2020, le Conseil d’administration a attribué le 26 mai 2020, 1 490 316 options de souscription d’actions Dassault Systèmes SE à certains salariés et dirigeants du Groupe, à un prix d’exercice de 145,45 euros (Plan 2020-01).

Ces options sont divisées en 4 tranches. Elles seront effectivement acquises à condition que le bénéficiaire soit encore salarié ou dirigeant du Groupe à l’expiration d’une période de présence de respectivement un an (tranche 1), un an et demi (tranche 2), deux ans et demi (tranche 3), et trois ans et demi (tranche 4) et que certains critères de performance aient été atteints pour les exercices 2020, 2021, 2022 et 2023 (condition d’acquisition non liée au marché pour la tranche 1 et condition accessoire pour les tranches 2, 3 et 4). Les options expirent 10 ans après leur date d’attribution ou à la fin du contrat de travail si elle intervient avant la fin de la période de présence.

La juste valeur moyenne pondérée, à la date d’attribution, des options attribuées en 2020 était de 16,57 euros. Elle a été déterminée au moyen d’un modèle de type Black-Scholes prenant en compte les hypothèses suivantes : une durée de vie moyenne prévue d’environ six ans, un taux de volatilité anticipée de 21,13 %, un taux de rendement du dividende de 0,53 % et un taux d’intérêt sans risque moyen de (0,34) %, ajustés de la condition accessoire à l’acquisition (pour les tranches 2, 3 et 4) au moyen d’un modèle de simulation de type Monte-Carlo. La volatilité anticipée a été déterminée sur la base d’une combinaison de la volatilité historique de l’action de Dassault Systèmes SE et d’une volatilité implicite des options du Groupe.

Dans le cadre de l’autorisation qui lui a été conférée par l’Assemblée générale des actionnaires de Dassault Systèmes SE du 26 mai 2020, le Conseil d’administration a attribué le 26 mai 2020 658 410 options de souscription d’actions Dassault Systèmes SE à certains salariés et dirigeants du Groupe, à un prix d’exercice de 145,45 euros (Plan 2020-M-02).

Ces options ne seront effectivement acquises qu’à l’expiration d’une période d’un à trois ans et à condition que le bénéficiaire soit encore salarié ou dirigeant du Groupe à cette date d’acquisition et que le critère de performance non lié au marché ait été atteint pour les exercices 2020, 2021 et 2022. Elles expirent 10 ans après leur date d’attribution ou à la fin du contrat de travail, si elle intervient avant.

La juste valeur moyenne pondérée, à la date d’attribution, des options attribuées en 2020 était de 23,80 euros. Elle a été déterminée au moyen d’un modèle de type Black-Scholes prenant en compte les hypothèses suivantes : une durée de vie moyenne prévue d’environ six ans, un taux de volatilité anticipée de 21,13 %, un taux de rendement du dividende de 0,53 % et un taux d’intérêt sans risque moyen de (0,34) %. La volatilité anticipée a été déterminée sur la base d’une combinaison de la volatilité historique de l’action de Dassault Systèmes SE et d’une volatilité implicite des options du Groupe.

Dans le cadre de l’autorisation qui lui a été conférée par l’Assemblée générale des actionnaires de Dassault Systèmes SE du 23 mai 2019, le Conseil d’administration a attribué le 11 mars 2020 13 193 options de souscription d’actions Dassault Systèmes SE à certains salariés et dirigeants du Groupe, à un prix d’exercice de 131,00 euros (Plan 2020-M-01).

Ces options ne seront effectivement acquises qu’à l’expiration d’une période d’un à trois ans et à condition que le bénéficiaire soit encore salarié ou dirigeant du Groupe à cette date d’acquisition et que le critère de performance non lié au marché ait été atteint pour les exercices 2020, 2021 et 2022. Elles expirent 10 ans après leur date d’attribution ou à la fin du contrat de travail si elle intervient avant.

La juste valeur moyenne pondérée, à la date d’attribution, des options attribuées en 2020 était de 22,97 euros. Elle a été déterminée au moyen d’un modèle de type Black-Scholes prenant en compte les hypothèses suivantes : une durée de vie moyenne prévue d’environ six ans, un taux de volatilité anticipée de 21,13 %, un taux de rendement du dividende de 0,53 % et un taux d’intérêt sans risque moyen de (0,34) %. La volatilité anticipée a été déterminée sur la base d’une combinaison de la volatilité historique de l’action de Dassault Systèmes SE et d’une volatilité implicite des options du Groupe.

Modification de plans

Le 22 avril 2020, le Conseil d’administration a modifié le règlement des plans de stock-options 2018-01, 2019-01 et 2020-M-01. Ces plans avaient été initialement attribués par le Conseil d’administration le 22 mai 2018 (plan 2018-01), le 1er juillet 2019 (plan 2019-01) et le 11 Mars 2020 (plan 2020-M-01). La modification des conditions de performance non liées au marché (conditions d’acquisition) n’a pas eu d’impact significatif sur la prévision relative au nombre de droits qui seront acquis au titre de ces plans.

Note 8     Autres produits et charges opérationnels, nets

Le détail des autres produits et charges opérationnels, nets, est présenté ci-dessous :

(en millions d'euros)   Semestres clos les 30 juin
   20202019
Coûts liés au dispositif de congé de fin de carrière sur la base du volontariat(1)   (21,6)(3,7)
Coûts liés aux déménagements et réorganisations de sites(2)   (6,8)(0,8)
Coûts de restructuration et autres(3)   (3,2)(0,6)
Coûts d’acquisition(4)   (0,3)(18,9)
AUTRES PRODUITS ET CHARGES OPERATIONNELS, NETS   (31,8)(24,0)

(1) Le Groupe a mis en place un nouveau dispositif de congé de fin de carrière sur la base du volontariat et sur une durée de 3 ans, effectif en février 2020. Ce dispositif constitue un avantage postérieur à l’emploi dont le coût estimé, qui repose notamment sur une hypothèse de taux d’adhésion des salariés éligibles au dispositif, est provisionné en prenant en compte la durée estimée d’activité résiduelle des salariés concernés.
(2) En 2020, comprend principalement des dépréciations des droits d’utilisation des actifs loués de locaux inoccupés en lien avec la réorganisation des locaux de Medidata Solutions, Inc. en Amérique du Nord.
(3) En 2020, correspond essentiellement à des coûts de licenciements engagés dans le cadre de plans de restructuration mis en œuvre par Medidata Solutions, Inc.
(4) En 2019, comprend principalement les coûts directs encourus dans le cadre du processus d’acquisition de Medidata Solutions, Inc.

Note 9      Produits et charges d’intérêts, nets et autres produits et charges financiers, nets

Le détail des produits et charges d’intérêts, nets et autres produits et charges financiers, nets pour les semestres clos les 30 juin 2020 et 2019 est présenté ci-dessous :

(en millions d'euros)    Semestres clos les 30 juin
    20202019
Produits d’intérêts(1)    8,617,7
Charges d’intérêts(2)    (19,6)(12,0)
PRODUITS ET CHARGES D’INTERETS, NETS    (11,0)5,7
Pertes de change, nets     (2,1)(0,3)
Autres, nets    0,2(0,1)
AUTRES PRODUITS ET CHARGES FINANCIERS, NETS   (2,0)(0,4)

(1) Les produits d’intérêts correspondent essentiellement aux intérêts sur la trésorerie, les équivalents de trésorerie et les placements à court terme.
(2) Comprend principalement :
(i) en 2020, des charges d’intérêts liées à plusieurs opérations de financement de l’acquisition de Medidata Solutions, Inc., dont une charge d’intérêts de 4,1 millions d’euros relative à l’emprunt obligataire et 6,9 millions d’euros relative aux emprunts auprès des établissements bancaires.
(ii)  en 2019, une charge d’intérêts financiers de 6,0 millions d’euros sur deux emprunts bancaires de 650 et 350 millions d’euros, mis en place en octobre 2015 et juin 2013 et intégralement remboursés le 23 septembre 2019 et le 25 juillet 2019, respectivement.
(iii) une charge d’intérêts relative au coût de la dette envers les bailleurs pour un montant de 8,3 millions d’euros en 2020 et de 7,1 millions d'euros en 2019.

Note 10   Clients et comptes rattachés, nets

Les clients et comptes rattachés sont évalués au coût amorti.

(en millions d'euros)    30 juin 202031 décembre 2019
    
Clients et comptes rattachés    1 011,91 350,9
Dépréciation des comptes clients    (46,6)(31,7)
TOTAL CLIENTS ET COMPTES RATTACHES, NETS  965,31 319,2

L’échéancier des comptes clients et comptes rattachés, nets, est présenté ci-dessous :

(en millions d'euros)    30 juin 202031 décembre 2019
Créances échues à la date de clôture :      
À moins de 3 mois    155,8173,9
Entre 3 et 6 mois    46,134,9
Au-delà de 6 mois    39,245,6
CRÉANCES ÉCHUES    241,1254,4
Créances non échues    724,21 064,8
TOTAL CLIENTS ET COMPTES RATTACHÉS, NETS   965,31 319,2

Dans le cadre de la crise sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 et son impact sur l’environnement économique, le Groupe a mis à jour son évaluation du risque client dans le cadre de la signature de nouveaux contrats et de l’appréciation des provisions pour dépréciation des comptes clients. En particulier, le Groupe a renforcé son dispositif complet de notation de crédit et de surveillance de ses clients et distributeurs.

 Note 11  Immobilisations incorporelles et goodwill

Les immobilisations incorporelles sont constituées des éléments suivants :

(en millions d’euros)Semestre clos le 30 juin 2020Exercice clos le 31 décembre 2019
Valeur bruteAmortissements et pertes de valeur cumulésValeur netteValeur bruteAmortissements et pertes de valeur cumulésValeur nette
Logiciels3 382,4(1 052,0)2 330,43 354,3(913,1)2 441,1
Relations clients2 393,6(876,9)1 516,72 390,0(810,0)1 580,0
Autres actifs incorporels183,8(27,5)156,3186,9(21,9)165,0
TOTAL5 959,8(1 956,4)4 003,35 931,2(1 745,1)4 186,1

L’évolution de la valeur nette des immobilisations incorporelles s’analyse de la façon suivante au 30 juin 2020 :

(en millions d’euros)  LogicielsRelations clientsAutres actifs incorporelsTotal
VALEURS NETTES AU 31 DECEMBRE 2019 2 441,11 580,0165,04 186,1
Regroupements d’entreprises  12,7--12,7
Autres acquisitions  10,6-0,511,1
Dotations aux amortissements  (142,6)(68,1)(5,5)(216,2)
Effet de la conversion et autres mouvements  8,64,8(3,7)9,7
VALEURS NETTES AU 30 JUIN 2020  2 330,41 516,7156,34 003,3

L’évolution du goodwill s’analyse de la façon suivante au 30 juin 2020 :

(en millions d'euros)      
      
GOODWILL AU 31 DECEMBRE 2019     4 730,9
Regroupements d’entreprises     32,3
Effet de la conversion et autres mouvements     5,3
GOODWILL AU 30 JUIN 2020     4 768,5

Dans le cadre de la crise sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 et de son impact sur l’activité économique, et conformément à la norme IAS 36, Dépréciation d’Actifs, le Groupe a analysé l’existence d’indicateur potentiel de perte de valeur des actifs incorporels alloués à ses unités génératrices de trésorerie (« UGT ») au 30 juin 2020.

Ces analyses ont été réalisées, compte tenu du contexte précité, sur la base d’hypothèses élargies (dont les prévisions de marges opérationnelles, les taux de croissance du chiffre d’affaires ou encore les taux d’actualisation) et des analyses de sensibilité correspondantes. Certaines analyses ont inclus la mise à jour des plans à moyen terme.

Au 30 juin 2020, sur la base de ces différentes évaluations, le Groupe a conclu que la valeur recouvrable des UGT ou groupes d’UGT excédait leur valeur comptable. En conséquence, aucune perte de valeur de goodwill ou d’actif incorporel acquis n’a été constatée au cours du premier semestre 2020.

 Note 12  Emprunts

Le tableau ci-dessous présente l’échéancier des paiements contractuels des emprunts au 30 juin 2020 :

   TotalPaiements dus par période
(en millions d’euros)  Moins d'un an1-5 ans5-10 ans
Emprunt obligataire  3 630,2-1 591,32 038,9
Emprunts auprès d'établissements bancaires971,71,8969,9-
Intérêts courus non échus  6,06,0--
TOTAL  4 607,97,82 561,22 038,9

Emprunt obligataire

Le 27 août 2019, Standard & Poors Global Ratings a attribué à Dassault Systèmes SE et à sa dette à long terme la note « A- » avec perspective Stable.

Le Groupe a procédé, le 16 septembre 2019, à une émission obligataire en quatre tranches d’un montant total de 3 650,0 millions d’euros à taux fixe. Cette opération est intervenue dans le cadre du financement de l’acquisition de Medidata Solutions, Inc. réalisée en octobre 2019.

Les conditions et modalités de cet emprunt sont détaillées dans la note d’opération ayant obtenu le visa de l’AMF n° 19- 434 en date du 12 septembre 2019.

Emprunts auprès d’établissements bancaires

Dans le cadre de l’acquisition de Medidata Solutions, Inc., le Groupe a également souscrit en octobre 2019 un emprunt de 500,0 millions d’euros portant intérêts au taux Euribor 3 mois +0,50 % par an et un emprunt de 530,0 millions de dollars américains portant intérêts au taux Libor USD 3 mois +0,60 % par an. Les deux emprunts ont une maturité de 5 ans.

Les contrats de financement bancaires du Groupe ne comportent pas d’obligations conventionnelles ou «covenants» liées à l’évolution de la notation du Groupe. L’abaissement de la notation se traduirait par un renchérissement (plafonné) des marges applicables aux emprunts bancaires; symétriquement, ces marges seraient améliorées (avec un seuil minimum) en cas de rehaussement de la notation.

Ligne de crédit

Le Groupe a reçu un engagement de financement sous forme d’une ligne de crédit renouvelable de 750,0 millions d’euros d’une durée de 5 ans à compter du 28 octobre 2019. En mai 2020, le Groupe a exercé son option pour proroger sa maturité d’une année supplémentaire, portant la nouvelle date d’échéance en octobre 2025. Au 30 juin 2020, la ligne de crédit n’a pas été tirée.

Note 13   Instruments dérivés et gestion des risques de change et de taux d’intérêts

La juste valeur des instruments dérivés a été déterminée par des institutions financières sur la base de modèles d’évaluation d’options.

Ces instruments ont été souscrits dans le cadre de la stratégie de couverture du Groupe et ont une maturité inférieure à deux ans. La direction du Groupe estime que le risque de contrepartie relatif à ces instruments est minime car les contreparties sont des institutions financières de premier plan.

Une description des risques de marché auxquels est soumis le Groupe est présentée au paragraphe 1.7.2 « Risques financiers et de marché » de son Document d’enregistrement universel 2019.

Risque de change

Le Groupe exerce ses activités à l’international et effectue des opérations dans diverses devises étrangères, principalement le yen japonais, le dollar américain et la livre sterling.

Le Groupe couvre généralement les risques de change liés aux produits et charges générés par son activité courante et prévisible. Le Groupe peut également couvrir des risques de change ponctuels liés à des opérations réalisées, par exemple, dans le cadre des acquisitions en devises. Les activités de couverture du Groupe sont en général effectuées et gérées par Dassault Systèmes SE pour son propre compte et pour le compte de ses filiales.

Aux 30 juin 2020 et 31 décembre 2019, la juste valeur des instruments de couverture du risque de change s’analyse de la façon suivante :

   30 juin 202031 décembre 2019
(en millions d’euros)  NotionnelJuste valeurNotionnelJuste valeur
Vente à terme yens japonais/euros(1) 137,3(0,1)143,0(2,0)
Vente à terme yens japonais/dollars américains(1) 101,03,683,71,9
Vente à terme euros/roupies indiennes(1)  44,7(0,7)23,90,9
Vente à terme livres sterling/euros(1) 39,51,654,6(1,6)
Vente à terme dollars américains/roupies indiennes(1) 34,4(0,8)30,90,1
Ventes à terme yuans chinois/euros(1) 22,1(0,1)35,2-
Vente à terme euros/dollars américains(1) --42,0(0,5)
Autres instruments(2) 33,5-35,9-
       

(1)     Instruments financiers destinés à couvrir le risque de change sur des flux de redevances futures budgétées.
(2)    Essentiellement des instruments ne qualifiant pas à la comptabilité de couverture. Les changements de juste valeur ont été comptabilisés en Autres produits et charges financiers, nets dans le compte de résultat consolidé.

Risque de taux d’intérêts

À l’exception de leurs effets éventuels sur le contexte économique global dont l’évaluation est très difficile à quantifier, le Groupe estime que son activité et son résultat avant résultat financier n’ont pas été affectés de manière significative par les évolutions des taux d’intérêts au cours du premier semestre 2020 et qu’il devrait en être de même dans le futur. L’exposition du Groupe au risque de taux d’intérêts se traduit principalement par un risque de minoration du résultat financier.

Note 14   Capitaux propres

Capitaux propres

Au 30 juin 2020, le capital social de Dassault Systèmes SE est composé de 264 692 100 actions d’une valeur nominale de 0,50 euro chacune, entièrement libérées.

Le tableau suivant présente l’évolution du nombre d’actions en circulation :

(en nombre d’actions)      
      
ACTIONS ÉMISES AU 31 DECEMBRE 2019     264 038 001
Exercice de stock-options     654 099
ACTIONS ÉMISES AU 30 JUIN 2020     264 692 100
Actions propres au 30 juin 2020     (3 717 102)
ACTIONS EN CIRCULATION AU 30 JUIN 2020    260 974 998

Le Groupe gère son capital avec pour objectif d’assurer le maintien d’une qualité de crédit solide et de ratios de capitaux propres sains, permettant un accès aux marchés de capitaux, et un accroissement de la rentabilité des fonds propres et du résultat par action. Cette politique conduit le Groupe à adapter la structure de ses capitaux propres en fonction des changements d’environnement économique en modifiant, le cas échéant, le taux de distribution ou en émettant ou rachetant des actions du Groupe.

Dividendes

L’Assemblée générale des actionnaires du 26 mai 2020 a décidé de distribuer un montant de dividendes de 182,5 millions d’euros au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2019.

Programme de rachat d’actions

L’Assemblée générale des actionnaires du 26 mai 2020 a autorisé le Conseil d’administration à mettre en œuvre un programme de rachat d’actions propres, dans la limite de 5 000 000 actions Dassault Systèmes SE. Le montant maximal annuel des fonds destinés au rachat d’actions ne peut dépasser 800 millions d’euros.

Par ailleurs, le Groupe a conclu un contrat de liquidités. Dans ce cadre, 566 071 actions ont été achetées, à un cours moyen de 141,74 euros, et 569 056 actions ont été vendues, à un cours moyen de 142,70 euros au 30 juin 2020.

Composition des produits et charges comptabilisés en capitaux propres

(en millions d’euros)    Semestres clos les 30 juin
    20202019
RÉSERVES DE COUVERTURE  :    
(Pertes) de l’exercice  -(22,2)
Moins : (Pertes) recyclées dans le compte de résultat de l’exercice  (2,7)(2,5)
     2,7(19,6)

Note 15   Tableaux des flux de trésorerie consolidés

L’élimination des éléments sans incidence sur la trésorerie comprend les éléments suivants :

    
(en millions d’euros)NoteSemestres clos les 30 juin
20202019
Amortissement des immobilisations corporelles 91,765,3
Amortissement des immobilisations incorporelles11216,2105,5
Rémunérations fondées sur des actions sans contrepartie de trésorerie 87,349,3
Impôts différés (31,1)(10,9)
Autres 13,68,8
Élimination des éléments sans incidence sur la trésorerie 377,8218,0

La variation des actifs et passifs d’exploitation comprend les éléments suivants :

    
(en millions d’euros) Semestres clos les 30 juin
 20202019
Diminution des comptes clients et comptes rattachés et actifs sur contrats 352,3252,9
(Diminution) Augmentation des dettes fournisseurs (70,1)4,3
(Diminution) des dettes liées au personnel et comptes rattachés (52,2)(25,2)
(Diminution) Augmentation de la dette d’impôt sur le résultat à payer (4,4)60,4
Augmentation des passifs sur contrats 58,188,3
Variation des autres actifs et passifs 4,25,7
Variation des actifs et passifs d’exploitation 287,9386,3

Autres informations :

Les acquisitions de filiales consolidées, nettes de la trésorerie acquise concernent essentiellement l’acquisition de Proxem SAS en 2020 pour un prix d’acquisition de 21,2 millions d’euros et l’acquisition d’IQMS en 2019 pour un prix d’acquisition de 379,0 millions d’euros.

Note 16   Engagements et passifs éventuels

Litiges et autres procédures

Le Groupe est impliqué dans un certain nombre de litiges et autres procédures, telles que des procédures civiles, commerciales et fiscales, qui sont généralement liés à ses activités courantes.

Ainsi, le Groupe fait l’objet de contrôles et de redressements fiscaux par les autorités fiscales des pays dans lesquels il exerce ou a exercé une activité. Certains redressements, notamment ceux liés à des financements d’acquisitions, sont contestés par le Groupe qui est convaincu du caractère techniquement justifié des positions qu’il a prises et qu’il continuera à défendre auprès des administrations fiscales concernées. Dans ce contexte, le Groupe a effectué auprès de l’administration fiscale française des paiements pour un montant total de 144,9 millions d’euros entre 2014 et 2020, au titre de redressements fiscaux qui ont fait l’objet d’une contestation par le Groupe auprès des autorités concernées. En juin 2019, le Groupe s’est ainsi pourvu en cassation devant le Conseil d’État suite à la décision de la Cour d’appel relative à ce litige au cours du deuxième trimestre 2019. Le pourvoi a été admis le 20 décembre 2019. La date de l’audience n’a pas été communiquée.

Il n’est pas possible d’évaluer de façon certaine l’issue de ces litiges et notamment, le cas échéant, la charge qui en résulterait pour le Groupe. Cependant, la direction du Groupe, après consultation de ses avocats, estime que le règlement de ces litiges et autres procédures en cours n’aura pas d’incidence significative sur la situation financière et le résultat des opérations du Groupe.

Engagements liés à de futures locations

En décembre 2019, le Groupe a signé un nouveau contrat de location pour une durée ferme de 10 ans à compter de la livraison d’un immeuble supplémentaire pour son campus de Vélizy-Villacoublay d’environ 28 000 mètres carrés de bureaux devant intervenir au cours du deuxième trimestre 2023. Les paiements minimaux de loyers futurs au titre de cet immeuble jusqu’à la fin du bail s’élèvent à environ 81,1 millions d’euros.

Medidata a signé en décembre 2018 un nouveau contrat de location pour des bureaux à Boston dont les livraisons sont prévues en 2020 et 2021. Les paiements minimaux des loyers futurs correspondants s’élèvent à environ 40,2 millions de dollars américains.

Conformément à la norme IFRS 16, les actifs relatifs aux droits d’utilisation et les passifs de loyers seront comptabilisés à la livraison des nouveaux bureaux.

4 RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR L’INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE 2020

Aux Actionnaires,

En exécution de la mission qui nous a été confiée par vos assemblées générales et en application de l'article L. 451-1-2 III du Code monétaire et financier, nous avons procédé à :

  • l'examen limité des comptes semestriels consolidés résumés de la société Dassault Systèmes SE, relatifs à la période du 1er janvier au 30 juin 2020, tels qu'ils sont joints au présent rapport ;
  • la vérification des informations données dans le Rapport Semestriel d'activité.

Ces comptes semestriels consolidés résumés ont été établis sous la responsabilité de votre Conseil d’administration le 22 juillet 2020 sur la base des éléments disponibles à cette date, dans un contexte évolutif de crise liée à la Covid-19 et de difficultés à appréhender ses incidences et les perspectives d’avenir. Il nous appartient, sur la base de notre examen limité, d'exprimer notre conclusion sur ces comptes.

1 - Conclusion sur les comptes

Nous avons effectué notre examen limité selon les normes d’exercice professionnel applicables en France. Un examen limité consiste essentiellement à s’entretenir avec les membres de la direction en charge des aspects comptables et financiers et à mettre en œuvre des procédures analytiques. Ces travaux sont moins étendus que ceux requis pour un audit effectué selon les normes d’exercice professionnel applicables en France. En conséquence, l’assurance que les comptes, pris dans leur ensemble, ne comportent pas d’anomalies significatives obtenue dans le cadre d’un examen limité est une assurance modérée, moins élevée que celle obtenue dans le cadre d’un audit.

Sur la base de notre examen limité, nous n'avons pas relevé d'anomalies significatives de nature à remettre en cause la conformité des comptes semestriels consolidés résumés avec la norme IAS 34 - norme du référentiel IFRS tel qu’adopté dans l’Union européenne relative à l’information financière intermédiaire.

2 - Vérification spécifique

Nous avons également procédé à la vérification des informations données dans le Rapport Semestriel d'activité établi le 24 juillet 2020 commentant les comptes semestriels consolidés résumés sur lesquels a porté notre examen limité.

Nous n'avons pas d'observation à formuler sur leur sincérité et leur concordance avec les comptes semestriels consolidés résumés.

Neuilly-sur-Seine et Paris-La Défense, le 24 juillet 2020

Les Commissaires aux Comptes

           PricewaterhouseCoopers Audit                                                      ERNST & YOUNG et Autres

                         Thierry Leroux                                                                        Nour-Eddine Zanouda

Attachment

Investor Resources

Investor Contacts

François-José Bordonado
Michele Katz
Béatrix Martinez
Marie Dumas
Delphine Da Maia-Levy / Dymphna Hawksley

Phone: +33 1 61 62 69 24/7021
Fax:      +33 1 70 73 43 59
Email: investors@3ds.com